• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • « GREY’S ANATOMY » ABORDE LES VIOLENCES POLICIÈRES DANS SON DERNIER ÉPISODE

« GREY’S ANATOMY » ABORDE LES VIOLENCES POLICIÈRES DANS SON DERNIER ÉPISODE

Dans un épisode combinant activisme avec vie de médecin, la série «Grey’s Anatomy» diffusée sur la chaîne ABC ce jeudi 25 janvier, aborde un sujet troublant qu’aucun parent ne devrait avoir à parler à ses enfants.

Quand un garçon noir d’une famille de la classe supérieure arrive à l’hôpital avec une blessure par balle dans le cou, Jesse Williams alias « Docteur Jackson Avery », qui avait son propre cas de profilage racial grandissant avec le même statut socio-économique, est immédiatement contrarié par la réponse de l’agent. « Votre collègue a tiré sur un gamin dans le cou sans raison; vous devez trouver une nouvelle façon de faire votre travail », a déclaré Avery à l’agent qui est blanc.

Le garçon avait essayé d’entrer dans sa maison par la fenêtre car il avait oublié sa clé et avait déjà essayé d’aller chez des voisins, comme ses parents le lui avaient dit, mais les voisins n’étaient pas chez eux.

Le nom du personnage est Eric Sterling, nom donné en hommage à l’homme qui avaient été abattus par la police ; {pour rappel} Eric Garner, un homme new-yorkais avait subi un étranglement par la police en 2014 et a finalement été tué ainsi que Alton Sterling, qui vendait des CD en 2016 devant une supérette de Baton Rouge, en Louisiane, lorsque la police l’a abattu. « C’est une série d’histoires qui ont été rapportées dans les médias ainsi que les expériences personnelles des écrivains et de nos acteurs », a déclaré Zoanne Clack, ex-médecin de l’ER et écrivaine de « Grey’s Anatomy » à « The Hollywood Reporter » sur l’intrigue de la série dont Williams – activiste lui-même – a immédiatement voulu faire parti : « J’ai parlé avec quelques personnes [acteurs de « Grey’s Anatomy »] afin de fusionner les histoires dans le but de lui donner la réalité dont elles avaient besoin pour avoir l’impact que j’espère. »

Showrunner Krista Vernoff and episode writer Zoanne Clack talk with THR about the powerful hour.

Certainement que la scène la plus émouvante survient après que le garçon ait succombé à ses blessures. C’est alors que Chandra Wilson alias « Dr Miranda Bailey » et son mari, Jason George alias « Dr Ben Warren » expliquent à leur fils comment il pourrait interagir en toute sécurité avec la police : « Je suis William George Bailey Johnson », [alias Tuck] – avec ses mains derrière la tête – « J’ai 13 ans et je n’ai pas de quoi vous faire de mal. » Bailey et Warren lui disent d’être polis et respectueux et de ne pas riposter : «Ton seul but c’est de rentrer à la maison en toute sécurité», dit-elle. « Et si tes amis blancs disent des choses ou se taisent, sache que tu ne peux pas. Tu ne peux pas grimper à travers les fenêtres, lancer des pierres, jouer avec des pistolets-jouets et ne jamais t’enfuir, même si tu as peur… Tout ce que nous te disons, nous te le disons parce que nous voulons que tu reviennes à la maison et que tu grandisses afin de devenir ce que tu veux être. Tu es incroyable. Tu es parfait. Et nous voulons que tu restes comme ça. »

The Talk

Dans les pays anglo-saxons et particulièrement aux Etats-Unis, « The Talk » est une conversation que les parents noirs ont systématiquement avec leur fils environ vers l’âge de 12-13-14 ans. Lors de cette conversation, les parents, plus souvent le père, explique à son fils comment se comporter en cas d’interpellation policière ; Ces conseils ont toujours existé mais se sont accentués durant ces dernières années suites aux vagues de brutalités policières qui ont conduits les victimes à la mort dans la plupart des cas. Ici, la série « Grey’s Anatomy » illustre ce moment dans la vie du jeune William George Bailey Johnson, le fils du Dr Bailey et son mari le Dr Ben Warren.

Parution: Site web “Atlanta Black Star”
Auteur: Kiersten WILLIS
Traduction: Faïna Dzah-Sali

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook