• Accueil
  • >
  • ECONOMIE
  • >
  • GHANA : BERNICE DAPAAH RÉALISE DES VÉLOS EN BAMBOU ÉCOLOGIQUE

GHANA : BERNICE DAPAAH RÉALISE DES VÉLOS EN BAMBOU ÉCOLOGIQUE

Au Ghana, une toute nouvelle bicyclette vient de faire son apparition sur le marché local. Ce vélo a cette particularité d’avoir l’armature entièrement constituée de bambou, matériau naturel, particulièrement écologique. Ce vélo écologique fait de bambou est le projet de la jeune ghanéenne Bernice Dapaah à l’origine de l’initiative « Ghana Bamboo Bikes » lancée en 2009.

Bernice Dapaah a pour objectif de fabriquer des vélos en bambou, à la fois pour lutter contre le changement climatique, la pauvreté et répondre aux besoins locaux.

Elle s’est inspiré du contexte local de son pays, car le Ghana regorge de bambou sauvage. Évidemment, elle exploite cette ressource pour fabriquer des vélos. Elle a présenté son idée pour la première fois, dans le cadre de la Clinton Global Initiative University, un concours international rassemblant des étudiants et des universitaires autour de projets durables, écologiques et favorisant la paix dans le monde.

De par son intérêt écologique évident, son concept ne va pas cesser d’inspirer, remportant plusieurs prix et concours internationaux et participe également au forum économique mondial en 2014. Grâce à cette notoriété fraîchement acquise, Bernice va fonder « Ghana Bamboo Bikes » au Ghana.

L’objectif est de permettre aux Ghanéens d’acheter leur vélo écologique localement pour éviter l’importation, réduisant l’impact écologique et créant de l’activité locale.

Les vélos en bambou possèdent de nombreux avantages tant pour la population ghanéenne que pour l’environnement par rapport aux vélos « classiques » selon Bernice Dapaah à Sain-et-naturel.com.

« Il y a quelques années, je me suis rendu compte que les vélos qu’on utilisait au Ghana n’étaient pas forcément adaptés aux besoins de la population. Ils permettent de rouler uniquement sur des routes en bon état, alors que c’est rarement le cas à la campagne. En plus, comme ce sont des vélos qu’on importe, ça ne crée pas d’emplois et ça ne développe les compétences de personne. Par ailleurs, j’ai réalisé qu’il y avait beaucoup de bambou sauvage au Ghana, et que c’était une ressource qu’on pouvait utiliser pour fabriquer des vélos ».

En effet, les branches de bambou sont ramassées sur place, ce qui nécessite de la main d’œuvre et crée donc des emplois à caractère positif, principalement à destination des femmes qui souffrent souvent de la pauvreté dans la région.

La naissance de Ghana Bamboo Bikes a donc permis la création de 35 emplois en milieu rural. On peut également noter la faible consommation d’énergie grâce à un ensemble réalisé manuellement avec l’aide de quelques outils comme une perceuse.

Enfin, l’utilisation du bambou favorise le développement durable grâce à une plante dont la photosynthèse rejette 30 % d’oxygène en plus que la plupart des autres végétaux.

« Ces vélos n’ont pas besoin d’être remplacés tout le temps. Et s’il faut les réparer, les matériaux, les outils et les compétences sont sur place. » Explique la fondatrice de Ghana Bamboo Bikes à Sain-et-naturel.com, insistant sur la robustesse de ces vélos. Sur le plan environnemental, le bambou permet d’améliorer la qualité de l’air et de l’eau dans les zones où il est cultivé, puisqu’il absorbe le dioxyde de carbone, tout en libérant de l’oxygène. Par rapport aux arbres, il génère même 30 % d’oxygène supplémentaire. Ses racines, très denses permettent aussi de limiter l’érosion des sols – un aspect important pour les agriculteurs. De plus, le bambou qu’on utilise pour nos vélos n’est pas traité avec des produits chimiques.

Quant au degré de confort, bien plus souple que le carbone utilisé chez les professionnels, le bambou offre des propriétés « amortissantes » plus que satisfaisantes. Cette souplesse naturelle est d’autant plus utile vu que beaucoup de routes au Ghana sont accidentées.

Bien sûr, seules les armatures et les pièces en métal sont recyclables, mais c’est déjà un immense changement par rapport à la plupart des vélos conventionnels.

En rappel, Bernice Dapaah n’est évidemment pas la seule à produire des vélos en bambou. Le concept semble se développer dans de nombreux pays suite aux conditions environnementales.

 

Opri Avérroèse Kalet

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook