• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • GÉNOCIDE RWANDAIS : MACRON ORDONNE UNE ENQUÊTE SUR LE RÔLE DE LA FRANCE

GÉNOCIDE RWANDAIS : MACRON ORDONNE UNE ENQUÊTE SUR LE RÔLE DE LA FRANCE

Le président français Emmanuel Macron a nommé un groupe d’experts pour enquêter sur le rôle de la France dans le génocide rwandais il y a 25 ans. Environ 800 000 Rwandais, dont la plupart appartenaient à la minorité tutsie, ont été tués par des extrémistes appartenant à l’ethnie hutu plus de 100 jours en 1994.

Le rôle trouble de la France

Le Rwanda a accusé la France de complicité dans les massacres – ce que Paris a démenti à plusieurs reprises. Les experts vont maintenant consulter des archives pour analyser le rôle de la France. Ils auront accès aux archives présidentielles, diplomatiques, militaires et du renseignement, a annoncé le bureau de M. Macron dans un communiqué.

Julien Allaire de Survie, une ONG basée à Paris qui se concentre sur les relations entre la France et l’Afrique, a révélé qu’il existait déjà de nombreuses preuves du « soutien diplomatique, militaire et économique de la France au gouvernement rwandais avant, pendant et après le génocide ».

En 2015, le président François Hollande avait annoncé que les archives rwandaises seraient déclassifiées, mais deux ans plus tard, après qu’un chercheur eut demandé l’autorisation de les étudier, le Conseil constitutionnel français avait décidé qu’elles resteraient secrètes.

Selon la constitution, les documents déposés dans les archives par un président ou un ministre peuvent rester secrets pendant 25 ans après le décès de cette personne. Le président au moment du génocide, François Mitterrand, est décédé en 1996.

L’objectif de l’enquête

En ce qui concerne la période 1990-1994, il est à espérer que les conclusions des huit historiens et chercheurs « contribueront à une meilleure compréhension et à une meilleure connaissance » de ce qui s’est passé, a déclaré la présidence. « L’objectif est de livrer un rapport qui sera publié dans deux ans (…) et qui sera accessible à tous », ajoute le texte.

La France était un allié proche du gouvernement de Juvenal Habyarimana, dirigé par les Hutus, avant les massacres. C’est le fait que son avion ait été abattu au-dessus de la capitale Kigali en avril 1994 qui a été à l’origine du génocide.

Le Rwanda a accusé la France d’ignorer ou de passer à côté de panneaux d’avertissement et de former les milices qui ont perpétré les attaques.

Les forces françaises, stationnées sur place dans le cadre d’une opération de maintien de la paix des Nations Unies, ont également utilisé la création d’une zone de sécurité pour aider certains des auteurs de ces crimes à s’échapper. Les relations entre les deux pays ont longtemps été tendues, même si elles se sont améliorées au cours de la dernière décennie.

Mais aucun président français n’a jamais assisté aux commémorations annuelles au Rwanda. M. Macron a refusé une invitation pour les événements de ce week-end, évoquant des problèmes d’agenda.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook