LA FRANCE PERD SES PARTS DE MARCHÉ EN AFRIQUE

Oooh la France, avec son terrain de jeu l’Afrique. Désormais, avec une émergence généralisée de nombreux États, les pays africains peuvent collaborer avec d’autres États que les Etats-Unis, La France et la Grande Bretagne.

L’érosion de la part de la France dans les exportations africaines s’explique par la décélération plus généralisée des exportations françaises dans le monde (qui est passée de 4,7% en 2001 à 3% en 2017). Dans une moindre mesure, l’Italie, le Royaume-Uni et les États-Unis suivent une tendance similaire en termes d’exportations vers le continent africain. Sans surprise, la part de marché de la Chine a rapidement augmenté (passant de 3% en 2001 à environ 18% en 2017), suivie de l’Inde, de la Turquie et de l’Espagne.

Le poids des ventes françaises en Afrique est en baisse dans tous les secteurs clés, à l’exception notable du secteur de l’aérospatiale, qui continue d’afficher de bonnes performances (la part de marché est passée de 12% en 2001 à 33% en 2017).

Dans le secteur des machines, la part de la France dans les exportations africaines a diminué de moitié entre 2001 et 2017 (passant de 12% à 6%). Comme en Italie et en Allemagne, cela est dû à la concurrence de la Turquie, de l’Espagne et en particulier de la Chine, dont la part a été multipliée par huit, pour atteindre le quart de toutes les exportations de machines à destination du continent africain. Dans plusieurs pays africains francophones, la chute de la part de marché de la France est frappante et a diminué de 15 à 20 points de pourcentage (pp) en Algérie, au Maroc, en Côte d’Ivoire et au Cameroun, et de 25 points de pourcentage au Sénégal.
Dans le secteur des appareils électriques et électroniques, la France, leader jusqu’en 2006, a vu sa part de marché tomber à 3% en 2017 (contre 16% en 2001). La part de la Chine a suivi la trajectoire inverse, passant de 7% à plus d’un tiers des exportations vers le continent africain. La part de marché de la France en Afrique francophone a diminué de 20 points.

La part de la France dans le secteur des produits pharmaceutiques exporté a été réduite de moitié au cours de la même période (passant de 33% en 2001 à 19% en 2017). Dans le même temps, la part de l’Inde dans les exportations de produits pharmaceutiques vers l’Afrique est passée de 5% à 18%, tirée par le segment des médicaments génériques à faible coût. La Belgique, la Suisse, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont également profité du déclin des exportations françaises vers l’Afrique francophone.

Dans le secteur automobile, la concurrence de la Chine et de l’Inde (désormais le quatrième fournisseur de l’Afrique sur ce segment) a été particulièrement vive. La chute de la France, passée de la troisième place en 2001 à la septième place en 2017 (de 15% à 5%), a été exacerbée par les progrès d’autres pays européens, tels que la Roumanie et l’Espagne, notamment avec les exportations vers le Maghreb.
La baisse de la part de marché de la France dans les achats de blé (11% en 2017 contre 16% en 2001) s’explique en partie par une récolte extrêmement mauvaise, mais surtout par la concurrence de la Roumanie, de l’Ukraine et de la Russie. Ensemble, ces trois pays ont fourni plus de 40% des exportations totales de blé vers l’Afrique en 2017 (contre seulement 3% en 2001). Dans le même temps, le Canada, les États-Unis et l’Argentine ont fait de grands progrès en Algérie et au Sénégal.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook