LA FRANCE NE VEUT EN AUCUN CAS LA FIN DU FRANC CFA

Le ministre de l’Économie et des Finances de la France, Bruno Le Maire a été interrogé sur la problématique du Franc CFA par Christophe Boisbouvier de RFI lors de son déplacement pour la réunion de la zone franc CFA, qui s’est tenue vendredi 13 avril au Congo Brazzaville. Sur toute la ligne, concernant l’avenir du CFA, il n’a en aucun montrer une possibilité pouvant conduire à la fin de cette monnaie coloniale.
Bruno Le Maire a été clair sur l’avenir du CFA du point de vue de la France. Sur la mauvaise presse que fait le franc CFA sur le continent africain, le ministre Français a déclaré ceci :

Je crois que le franc CFA garantit à tous les Etats membres de la stabilité, et c’est important d’avoir de la stabilité monétaire dans un environnement économique qui est toujours plus incertain. Il garantit aussi, on l’a rappelé à Brazzaville, la définition de politiques économiques qui soient cohérentes entre les Etats membres. Après, qu’il y ait besoin d’évolution du franc CFA, c’est possible, mais c’est aux Etats membres de la zone franc de décider ce qu’ils veulent comme avenir pour le franc CFA : est-ce qu’ils veulent le changer de nom ? Est-ce qu’ils veulent élargir la zone ? C’est à eux de le décider et la France, évidemment, est ouverte à toutes les évolutions qui seront proposées par les Etats membres, je dis bien par les Etats membres, de la zone franc.

À travers ces propos, selon la France tout ce qui arrivera dans l’avenir concernant le Franc CFA, peut-être :

  • Le changement de nom comme autrefois, mais en réalité changer de nom au CFA ne veut rien dire et peut être considéré comme une insulte envers tous ceux qui se battent pour en finir avec cette monnaie de servitude,
  • Élargissement de la zone franc : ceci démontre que le désir de la France vise la mise en œuvre d’une des recommandation du rapport Védrine-Zinsou qui prévoit l’expansion de la zone franc aux pays limitrophes, notamment le Ghana, le Libéria et la Sierra Leone le Nigéria etc… Cette expansion de la zone franc permettra à la France d’avoir par le biais de cette monnaie, la main mise sur l’économie de ces pays qui ne sont pas encore dans cette zone.

Quant aux pays de l’Afrique de l’Ouest qui projette la création d’une monnaie unique pour la CEDEAO, les propos du ministre français doivent être analysé avec intelligence.

Nous verrons une fois encore quelles seront les propositions. La France est ouverte, elle l’a dit à plusieurs reprises, le président l’a rappelé lors de son déplacement en Afrique, à des évolutions de la zone franc. Et ces évolutions doivent être portées par les États membres. À eux de manifester un certain nombre de demandes, que ce soit sur le nom, sur la géographie, sur l’élargissement, sur les systèmes de dépôt des avoirs, c’est aux États membres de décider ce qu’ils souhaitent.

A déclaré Bruno Le Maire.

À travers ces propos l’on comprend que la position de la France est claire et cela rappelle les propos de l’ancien président français Nicolas Sarkozy qui déclarait ceci sur BFMTV :

La France ne peut pas permettre que ces anciennes colonies créent leur propre monnaie pour avoir le contrôle total sur leur Banque centrale. Si cela se produit, ca sera une catastrophe pour le trésor public qui pourra entraîner la France au rang de 20ème puissance économique mondial. Pas question de laisser les colonies françaises d’Afrique avoir leur propre monnaie.

Les propos de Sarkozy sur le franc CFA associés aux propos de Le Maire permettent de comprendre que cette monnaie commune de la CEDEAO risque de ne jamais le jour, car, le Nigéria, la plus grande puissance économique de la zone a exigé un document écrit qui annule tous les accords entre le trésor français et les pays de la zone franc, membre de la CEDEAO. alors l’on comprend que la France n’acceptera jamais que les accords entre elle et les pays de la zone franc soit annulés, car cela entraînera son écroulement.

Il est clair que la fin du CFA sur négociation ne sera que du leurre. Les pays de la zone franc doivent prendre la mesure des choses et s’ils désirent réellement mettre fin à cette monnaie, ils doivent y aller sans aucune consultation de la France car elle a assez à perdre avec la fin du CFA contrairement au pays africains qui ont beaucoup à gagner.

Il faut rappeler que, la volonté de sortir de la zone franc a coûté la vie à l’ancien président togolais Sylvanus Olympio, le désir de la création de la monnaie ivoirienne a conduit le président Laurent Gbagbo à la CPI et la création de la monnaie africaine a également coûté la vie au guide libyen Mouammar Kadhafi.

Les dirigeants des pays de la zone franc et leur peuple doivent se préparer pour tout ce que pourra engendrer la fin de la monnaie coloniale qu’est le CFA.
La liberté a forcement un prix et comme le dit les samouraïs , Le devoir du samouraï est lourd comme une montagne mais, la mort du samouraï est légère comme une plume.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook