• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • France : Laetitia Avia, députée LREM, nie les faits de violences policières

France : Laetitia Avia, députée LREM, nie les faits de violences policières

Les mouvements de contestation sociale qu’a connus la France il y a peu, continuent de faire débat. En effet, le pouvoir français est fustigé de toute part en raison de présumées violences policières sur les participants aux manifestations des gilets jaunes. Après que les figures marquantes de La République en marche (LREM) ont évité de se prononcer sur les répressions policières, c’est autour de la porte-parole du mouvement politique, Laetitia Avia, de prendre position quant aux inquiétudes des plaignants.

« Je serai la première à condamner. Mais apportez-moi une condamnation, un état constaté de violence policière et je serai la première à la condamner », a-t-elle déclaré. Et d’ajouter : « Je suis avocate. En tant qu’avocate, il n’y a personne, je crois, qui est plus attaché à l’Etat de droit qu’une avocate ». Comme ses supérieures hiérarchiques, elle défend bec et ongles qu’à aucun moment durant les manifestations, il y a eu des bavures policières.

Depuis le 8 mars, les autorités refusent de parler de violences policières et de répression. Le président Emmanuel Macron avait répondu à la question d’un étudiant sur le sujet en ces termes : « Ne parlez pas de répression ou de violences policières, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit ». « Il n’y a pas eu de violence irréparable », a-t-il répété lors d’un autre discours. Cristophe Castaner, ministre de l’Intérieur, refuse lui aussi d’admettre des cas de violence. Le 19 mars sur France Inter, il disait : « Arrêtons de parler des violences policières ».

Harris DJIRO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video