• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • France : ces entreprises qui ne veulent pas trop de noirs et d’arabes

France : ces entreprises qui ne veulent pas trop de noirs et d’arabes

Une étude commandée par le Gouvernement français a testé 40 entreprise sélectionnées par tirage au sort, pour évaluer les pratiques discriminatoires à l’embauche. Sept d’entre elles se sont distinguées, disant preuve de «discrimination significative», notamment envers les candidats portant un nom à consonance maghrébine.

Menée sur 3 mois entre novembre 2018 et janvier 2019, le testing a envoyé 10 000 candidatures sur les sites de chaque groupe, sans viser les services des ressources humaines pour ne pas être détectées. La méthode a permis de déceler des pratiques discriminatoires à l’embauche les plus importantes chez Air France, AccorHotels, Altran (ingénierie), Arkema (chimie), Renault, Rexel (équipement électrique), Sopra Steria (édition de logiciels).

Du côté de la compagnie aérienne, l’on conteste « totalement la conclusion de ce rapport » qui, « sur la base de sept candidatures spontanées, envoyées en dehors de nos canaux de recrutement […] conclut à une présomption de discrimination !» Justifiant que l’entreprise ne reçoit des candidatures que via son site de recrutement. «Nous recevons 100 000 CV par an, c’est la seule manière de gérer cette masse, confie un cadre. Les candidatures spontanées ne peuvent pas être étudiées», rappelle-t-il.

Renault, le concessionnaire automobile, s’est quant à lui montré plus coopératif, assurant, « nous sommes prêts à nous améliorer sur ce sujet qui est un enjeu important ». Dénonçant toutefois la méthodologie du testing : « 76 CV envoyés de manière aléatoires dans différents services du groupe alors que nous avons une plate-forme digitale qui reçoit les 100 000 CV par an ».

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video