• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • FRANCE : UN BURKINABÉ DE 32 ANS BATTU À MORT PAR DES ADOLESCENTS

FRANCE : UN BURKINABÉ DE 32 ANS BATTU À MORT PAR DES ADOLESCENTS

FRANCE : UN BURKINABÉ DE 32 ANS BATTU À MORT PAR DES ADOLESCENTS

Ce vendredi 18 mai, dans un parc d’un quartier populaire de Pau, un Burkinabé (32 ans) est mort en pleine rue roué de coups par une bande d’adolescents, a annoncé le parquet. Les secours arrivés sur les lieux n’ont pas pu le ranimer.

D’après Cécile Gensac la procureure de la République de Pau : L’homme, de nationalité burkinabé « a été victime d’une rixe collective dirigée contre lui », a-t-elle indiqué à l’AFP confirmant une information de France Bleu Béarn. Ils avaient entre 14 et 17 ans, les agresseurs qui selon les témoins ont battus à mort le jeune burkinabé précise Sud Ouest. L’homme de 32 ans est décédé sur place vendredi vers 19 heures à Pau, sous les sévices d’une bande de 12 adolescents au moins.

France Bleu Béarn affirme même que des personnes présentes ont tenté de s’interposer sans succès. L’agression s’est produite aux alentours d’un quartier populaire de la ville où résidait la victime. Dans la publication de Sud Ouest, on peut lire : «Ils étaient 12 sur lui. Puis il est tombé au sol ; quatre d’entre eux ont continué à le frapper et il y en a un qui l’a fini avec une sorte de barre de plexiglas», le témoignage d’une riveraine. Les faits se sont déroulés «au pied du mur de la caserne des pompiers de Pau», dans le quartier Saragosse continue le quotidien.

Alertée par les témoins, la police arrive sur les lieux, mais hélas, ils n’ont pas pu réanimer le corps. La victime n’était pas connue des services de police, et aurait eu une altercation avec des jeunes la veille de sa mort, origine d’un tel déchaînement de violence, selon France Bleu Béarn.

Comme à l’accoutumé : « Une enquête de flagrance a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances exactes de la mort. Une autopsie du corps de la victime aura lieu à l’institut médico-légal de Toulouse », a annoncé la procureure. Les témoins, qui avaient alerté les secours, ont été entendus par la police aussi.

DUNAMIS ADJIGO

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook