• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • LA FRANCE A DE VÉRITABLES SOUCIS QU’ELLE SEMBLE IGNORER

LA FRANCE A DE VÉRITABLES SOUCIS QU’ELLE SEMBLE IGNORER

En France, la monté en puissance des groupuscules d’auto-défenses devient inquiétante. En effet une cinquantaine de militaires, policiers, gendarmes, douaniers et agents de l’administration pénitentiaire en retraite ou non, ont rejoint le rang de ces groupuscules d’auto-défenses liés à l’extrême droite violente d’après un article publié le 9 Avril 2018 sur le site d’information Mediapart.

 

Selon Mediapart, ces groupes d’auto-défenses sont animés par la volonté de lutter contre le péril islamiste et se préparent à se substituer à L’État quitte à recourir à la violence dans l’optique d’une guerre civile. Selon ses groupes, l’état français est un État failli. Raison pour laquelle, ils ont décidé de s’apprêter pour prendre les choses en mains. Certains de ces groupes envisageraient de lutter également contre les migrants et la délinquance que ces derniers occasionnent ; ceci en menant des patrouilles.
Le groupe le plus important sur le territoire français selon Mediapart est ‘’les Volontaires pour la France (VPF)’’ qui d’après le site d’informations compte le plus grand nombres de forces de l’ordre. Le groupe revendique 800 militants répartis sur toute l’étendue du territoire français.
L’intégration de ces agents a eu lieu après les attentats de 2015, selon la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI). Cette dernière s’attèle à sensibiliser les administrations françaises sur ce phénomène qui représente un réel danger à la stabilité de l’Etat et qui inquiète bon nombre de français.

Les forces de l’ordre intéressent les groupes d’auto-défenses à cause de leurs connaissances en maintien de l’ordre et autres.
La connaissance de ce phénomène par les pouvoirs publics ne date pas d’hier. En 2016, Patrick Calvar, alors patron de la DGSI avait déclaré ceci :

’’ Nous sommes, nous, services intérieurs, en train de déplacer des ressources pour nous intéresser à l’ultra-droite qui n’attend que la confrontation’’

Cette situation ne laisse pas indifférents certains députés. C’est le cas du leader de la France Insoumise Jean Luc Mélenchon qui a eu à déclarer ceci :

‘’Nous avons un problème dans notre pays, je vous mets en garde tous : nous avons la recrudescence d’un extrémisme d’extrême droite extrêmement violent, dans toutes sortes de villes, qui va jusqu’à des tentatives d’assassinat… L’extrême droite doit être prise au sérieux comme danger de violence et de meurtre. C’est eux qui attaquent à Montpellier un amphi d’étudiants, c’est eux qui attaquent à Tolbiac, c’est eux qui me menacent de mort. C’est eux qui font des contrôles d’identité dans la rue dans au moins deux villes. Ça suffit. Maintenant le ministre de l’Intérieur doit prendre au sérieux la menace que représentent les groupuscules radicalisés de l’extrême droite.’’

Selon les propos du député, ces groupuscules sont loin de s’intéresser qu’à l’islamisation de la France. Il a également affirmé que sur les 17 députés de la France Insoumise, 5 y compris lui-même ont reçu des menaces de mort venant de ses groupuscules.

La monté en force de ses groupuscules rappelle la manière dont le phénomène Boko Haram a pris corps au Nigéria. Et la France n’y est pas totalement loin. Tout commence par des gens qui affirment que l’état a failli à certains de ses prérogatives et prennent le temps de se forger avant d’agir.

La France doit se concentrer sur ce qui se passe sur son territoire et éviter de jouer le Gendarme en Afrique, car cela n’arrive pas qu’aux autres.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook