• Accueil
  • >
  • SPORT
  • >
  • Finale du 200m féminin à Doha : Dina Asher-Smith décroche l’or et se hisse parmi les légendes

Finale du 200m féminin à Doha : Dina Asher-Smith décroche l’or et se hisse parmi les légendes

Pour la deuxième fois en trois jours, Dina Asher-Smith s’est imposée comme l’une des meilleures sprinteuses de la planète. Moins de 72 heures après avoir décroché la médaille d’argent au 100m, la Londonienne de 23 ans a en effet remporté le titre mondial au 200m, à la hauteur de son rôle de favorite. Mercredi, elle a réussi un temps de 21,88 secondes pour battre 0,01 du record national qu’elle avait établi aux Championnats d’Europe à Berlin il y a 14 mois.

La nouvelle reine du 200m

La coureuse anglaise de 23 ans a s’est offerte le 2 octobre la couronne de championne du monde du 200m féminin à Doha, au Quatar. « Vous n’êtes que le favori si vous jouez à la façon dont les gens l’attendent et je tenais vraiment à organiser une bonne course », a déclaré Asher-Smith, dont la performance de 10,83 lors de la finale du 100 m dimanche constituait également une amélioration par rapport à record national qu’elle a établi à ces mêmes championnats continentaux.

« Je savais que j’étais fatigué et je me suis réveillé aujourd’hui en sachant que c’était la dernière chance individuelle et que c’était le moment pour lequel je faisais tout mon travail. C’est ce que nous savions pouvoir réaliser si la saison se passait bien et que la fatigue disparaissait au moment où j’en avais besoin ».

Alors que son étoile s’est considérablement accrue en 2018 après ses exploits en or dans la capitale allemande, Asher-Smith a débuté cette saison sans lauréats mondiaux à son actif. En bref, elle devait encore faire ses preuves sur la scène mondiale. Après sa médaille d’argent au 100m, dimanche, elle a avoué : « L’an dernier, j’étais en excellente forme, j’avais couru de bons moments, mais en course, je ne pensais pas être, pour le moment, du même calibre que certaines des autres filles. Il me restait encore à relever le défi ».

Dina Asher-Smith, toujours plus haut

Sorti des blocs rapidement, la Britannique était déjà devant à mi-chemin du virage, entrant dans la ligne droite avec une marge de deux mètres sur le talent américain en hausse Brittany Brown. Les deux gardent la forme, mais la Britannique réussit à se rapprocher d’un mètre avant de franchir la ligne d’arrivée en tant que septième championne du monde de son pays. Sa médaille n’était que la deuxième de l’épreuve pour la Grande-Bretagne aux Championnats du monde ; la première a eu lieu lors de la première édition à Helsinki en 1983, où Kathy Cook a remporté le bronze.

Asher-Smith est arrivé à Doha clairement préparé et difficile à battre. Elle était à l’image de la confiance en ses qualifications et en sa demi-finale, remportant des victoires faciles en 22.32 et 22.16, respectivement, cette dernière étant de loin la plus rapide des deux manches. Brown est venu préparée aussi. La finaliste aux championnats américains de cette année, la joueuse âgée de 24 ans a amorcé la saison avec une meilleure performance de 22,44, qu’elle a abaissée à 22,33 lors de la première ronde il y a deux jours. Elle a amélioré encore à 22,22 pour remporter la huitième médaille d’argent dans la course pour les États-Unis et la 13e au total.

Plus loin en arrière, Mujinga Kambundji a remporté la bataille du bronze en 22,51 pour remporter la première médaille de la Suisse dans un sprint. Les États-Unis ont remporté les places quatre et cinq, Anglerne Annelus et Dezerea Bryant se qualifiant respectivement en 22,59 et 22,63.

Gina Bass, la première finaliste de Gambie aux Championnats du Monde, a fait fierté de sa petite nation d’Afrique occidentale de 2,1 millions, terminant sixième en 22,71.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook