• Accueil
  • >
  • INSPIRATION
  • >
  • LA FILLE DE MARTIN LUTHER KING DÉVOILE LE SUJET DU SERMON QU’IL N’A PAS PU DONNER

LA FILLE DE MARTIN LUTHER KING DÉVOILE LE SUJET DU SERMON QU’IL N’A PAS PU DONNER

Bernice King a déclaré que le discours que son père avait planifié avant sa mort était intitulé « L’Amérique peut aller en enfer ».

Deux des enfants survivants de Martin Luther King Jr. ont prononcé de puissants sermons sur le pupitre où Martin Luther-King a prononcé son dernier discours le 3 avril 1968.

Lors de l’événement «I AM 2018» ce mardi, Bernice King a informé le public à l’église Mason Temple de Dieu en Christ à Memphis dans le Tennessee, qu’elle allait aller un peu hors-script. Son frère Martin Luther King III se tenait à côté d’elle pendant qu’elle parlait. Elle a dit que leur frère Dexter King, bien que pas présent physiquement, se tenait avec eux aussi.

La plus jeune fille de Martin Luther King a ensuite révélé que le jour où il a été assassiné, son père a dit à sa mère le titre de son prochain sermon aurait été : « L’Amérique peut aller en enfer ».

« Si vous me le permettez, je pense que quand je regarde le paysage de notre monde aujourd’hui, l’Amérique peut encore aller en enfer », a averti Bernice King. « Donc, 50 ans plus tard, je suis ici pour déclarer et décréter non seulement que l’Amérique doit naître à nouveau, mais aussi qu’il est temps pour l’Amérique de se repentir.« 

Elle a dit que l’Amérique a échoué dans sa mission de faire face aux trois maux dont son père a mis en garde : le racisme, la pauvreté et le militarisme.

« Nous n’avons toujours pas, en 50 ans, éliminé, comme mon père nous avait mis au défi de faire face, les derniers vestiges du racisme », a-t-elle dit. « Nous devons nous repentir parce que papa nous a mis au défi de faire face à un deuxième mal : la pauvreté, que nous avons refusé d’affronter dans cette nation.« 

Elle a ajouté que le militarisme « nous a privés des ressources nécessaires pour remédier aux injustices sociales et aux maux sociaux et aux disparités sociales dans notre pays », notant que son père a déclaré que les pays qui dépensent plus d’argent pour le progrès militaire que social arrivent plus rapidement à une mort spirituelle. « 

Avec une éloquence semblable à celle de son père, Bernice King a défié l’Amérique de rompre ses « cercles vicieux » et a félicité les étudiants de Parkland, en Floride, pour avoir résisté à la violence armée et à la « désintégration sociale ».

 De plus, la petite-fille du leader des droits civiques Yolanda âgée de 9 ans, est montée sur scène lors du récent rassemblement de For Our Lives, en mars dernier, pour réclamer un «monde sans armes».

« Nous irons à la Terre Promise, mais chacun d’entre nous doit prendre une décision individuelle de se repentir et de ne pas être entraîné dans le discours diviseur de cette nation », a-t-elle dit.

Après avoir serré sa sœur dans ses bras, Martin Luther King III fils de Martin Luther King a pris la parole sur ce même pupitre demandant à sa fille et à sa femme de le rejoindre. Il a dit qu’il se tenait là où son père se tenait la nuit avant son meurtre et que ça lui procurait « des émotions mitigées « .

 

Il se souvient du jour où son père a quitté leur maison d’Atlanta pour aller à Memphis où il y est décédé.

« Je me souviens d’avoir dit : » Papa, ne pars pas […] Mais je me souviens de plus important, mon père m’avait dit »  :« Ne vous inquiétez pas, je serai de retour.  » De toute évidence, il n’est pas revenu dans le sens physique traditionnel. « 

Bien qu’ému, il a dit qu’il était également excité par le potentiel de réalisation du rêve de son père. Il a fait l’éloge des activistes de Black Lives Matter, des croisés du mouvement Me Too et de ceux qui se sont levés avec les étudiants de Parkland pour continuer le combat de son père.

Martin Luther King III a rappelé les paroles de sa fille, il y a une semaine lors du rassemblement March For Our Lives. Il a indiqué qu’il n’avait pas dit à Yolanda Renee King, quoi dire, notant qu’elle avait également demandé il y a deux ans au président Barack Obama : « Qu’allons-nous faire de ces armes ?

« Papa nous a appris, dit-il, qu’il suffit de quelques bonnes femmes et de quelques hommes pour provoquer le changement. Nous avons malgré tout bien avancé. Voyez-vous, personne ne nous a jamais dit que nos routes seraient faciles, mais je sais que notre Dieu ne nous a pas amenés si loin pour nous quitter. « 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook