FACEAPP : L’APPLICATION JUGÉE RACISTE !

Lancée en janvier 2017, l’application, très populaire depuis sa sortie, séduit grâce au panel de filtres qu’elle propose. On peut désormais avoir des joues roses et un sourire élargit grâce à « Smile », mais « Smile 2 » propose encore mieux car il peut transformer un visage boudeur en un autre illuminé d’un large sourire. Les options « Old » et « Young » permettent de s’amuser sur les effets du temps sur un visage. De quoi faire rire les copains et les followers sur les réseaux sociaux.

FaceApp souhaitait sans aucun doute satisfaire davantage ses utilisateurs en rajoutant des filtres, parmi lesquels, « Hot », sensés rendre plus séduisant. Cela ne veut en aucun cas dire que l’utilisateur ne l’est pas… Mais… Peut mieux faire ! Et par mieux faire, l’icône désignée par une flamme entend blanchir la peau [noir et séduisant ne font pas la paire, c’est bien connu], affiner le nez [un nez épaté séduisant ? NON. Le nez des blancs est nettement meilleur], remplacer des yeux bridés par des yeux de personnes de types caucasiens [qui voudrait être séduisant et avoir des yeux pareils ? ] ou encore supprimer des lunettes de vue de la photo [séduisant en lunettes ? C’est une blague!]. Le filtre a suscité la colère des internautes.

Des publications se sont multipliées images à l’appui pour dénoncer le racisme de l’application. « Donc j’ai téléchargé cette application et j’ai choisi le filtre ‘hot’ ne sachant pas qu’il allait me rendre blanc. On est en 2017, sérieusement les gars », s’indigne un utilisateur. « FaceApp n’est pas seulement nul, c’est raciste aussi… 🔥 filtre = blanchir ma peau et transformer mon nez à la façon européenne. Non merci », témoigne un autre. « Selon FaceApp ma version séduisante est une version blanche de moi ». Autant de témoignages qui ont obligé Yaroslav Goncharov, le PDG et fondateur de l’entreprise, à s’excuser, le 25 avril derniers dans les colonnes du Guardian.

« Nous sommes profondément désolés pour ce problème incontestablement sérieux. C’est un effet secondaire malheureux du réseau sous-jacent, ce n’est en aucun cas intentionnel », a-t-il expliqué. À croire que des tests n’ont pas été effectués avant le lancement. Yaroslav Goncharov ajoute que le filtre « hot » a immédiatement été renommé « étincelle » pour « exclure toute connotation positive ». Ah ! En fait il s’excusait pour le nom du filtre, et non pour le effets qui indignent les utilisateurs. Génial!

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video