EXÉCUTION DE 14 CIVILS PRIS POUR DE DJIHADISTES AU NIGER

Boko Haram met les autorités en alerte. Tous les États ciblés par la menace terroriste sont sur les dents. Ils sont prêts à agir, prêts à éradiquer la menace qui suspendue au-dessus de leurs têtes. À tel point que l’armée est sujette à de plus en plus de bavures.

Il y a deux ans déjà, à Abadam, un village proche de la frontière nigériane, alors que des habitants organisaient une cérémonie dans une mosquée, l’aviation nigériane avait bombardé les lieux, pensant à un rassemblement de membres de Boko Haram. Cette intervention a coûté la vie à 36 personnes. L’urgence de la situation est telle qu’elle empêche à l’armée d voir claire. D’autant plus que ce mercredi, les militaires nigériens ont tiré sur 14 personnes les confondant aux membres de l’organisation terroristes.

En effet, ce jour, les victimes étaient venues semer du poivron dans cette zone qui traverse le village d’Abadam. De leur côté, les autorités régionales de Diffa ont exploité des renseignements faisant état d’un regroupement de Boko Haram dans la partie nigérienne du village d’Abadam, à cheval entre le Niger et le Nigeria. Très vite, les forces de défense et de sécurité sont dépêchées sur les lieux. Les gendarmes arriveront les premiers sur les lieux, effrayant ainsi les paysans qui ont pris la fuite.

Cette fuite leur sera fatale, puisque les 14 paysans vont être tués par les gendarmes. Mais à quelques kilomètres de là, à Ngalewa, neuf personnes ont été tuées et 37 kidnappées dimanche dans une attaque de Boko Haram. L’armée est donc sur les dents. Mais dans une zone aride où la nourriture manque, les populations font ce qu’elles peuvent pour semer ou récolter dès que possible.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook