• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • LES ÉTUDIANTS NOIRS DE L’UNIVERSITÉ DE LORRAINE VICTIMES DE RACISME

LES ÉTUDIANTS NOIRS DE L’UNIVERSITÉ DE LORRAINE VICTIMES DE RACISME

Des étudiants en licence de sociologie créent un groupe Facebook afin de se moquer des noirs de leur promotion. Les faits ont été dénoncés le vendredi dernier à la fac. Les victimes s’en sont aperçues lors d’un voyage scolaire. Les propos ont été signalés au parquet de Metz et l’Université de Lorraine s’apprête à ouvrir une enquête administrative.

Plusieurs photos et vidéos publiées sur tweeter indiquent un nouveau cas de racisme à l’université de Lorraine. Des étudiants de L2 en sociologie de l’université de Lorraine se moquent des élèves noirs de leur promotion en échangeant des messages, des photos d’étudiants ou de professeurs noirs, assortis de commentaires ouvertement moqueurs et racistes à travers un groupe Facebook qu’ils ont créé. Ces étudiants en année de licence de Sociologie de la faculté de Sciences Humaines et Sociales de Metz se sont échangés ces messages via une messagerie privée sur Facebook. rapporte un article de afroleaks

selon Le figaro, l’affaire a été révélée à l’occasion d’une sortie, quand une jeune fille a pris des captures d’écran des conversations de ce groupe et les a postées sur les réseaux sociaux. Deux ou trois étudiants feraient partie du groupe incriminé.

Les captures d’écrans provoquent une vague d’indignation chez ces victimes : “Ils osent venir et rigoler avec toi après ça…” , s’indigne une étudiante de l’université de sociologie de Metz, en Lorraine.

Les étudiants noirs victimes de ces messages racistes n’ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux, réclamant l’ouverture d’une enquête et des sanctions : ‘’On va faire en sorte que tout le monde soit au courant de cette histoire et que les coupables soient renvoyés avant les partiels !’’.

Une autre élève qui se dit victime témoigne sur les réseaux sociaux : “Ce climat raciste dure depuis l’année dernière”, les blancs s’installent entre eux, à l’écart des étudiants noirs. Lorsque ces derniers arrivent en classe, ils sont accueillis par des moqueries, des jurons. Leur dernier jeu en date ? Asperger de parfum un étudiant noir dès qu’il arrive en classe, “pour couvrir l’odeur, disent-ils. ”, raconte l’étudiante.

La direction l’Université de Lorraine indique qu’elle “se mobilise contre toutes formes de discriminations ”et promet d’instruire l’affaire avec “la plus grande fermeté.”

Le syndicat étudiant UNEF quant à lui réclame des sanctions et fait part de sa colère face à ces actes qui sont “contraires aux valeurs que véhiculent l’université” selon Jérémy Spiegel, étudiant messin et vice-président du syndicat.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook