DES ETHIOPIENNES ESCLAVES DANS LE MOYEN-ORIENT

L’esclavage moderne est aujourd’hui, une réalité qui semble être très souvent négligée et pourtant de nombreux noirs en sont encore victimes, notamment dans le moyen-orient. Ces noirs y sont traités de façon totalement inhumaine, dans l’oubli le plus absolu de leurs droits fondamentaux.

Une jeune éthiopienne ayant échappé à cet enfer raconte,  » Ils ne nous considèrent pas comme un être humain, pour eux, une servante est juste une servante, ils vous privent de vos droits ». Une fondation humanitaire dénommée Walk Free s’est faite le porte voix de ces esclaves-servantes. Selon cette fondation, chaque année, on dénombre presque quatre cent mille éthiopiens, essentiellement des femmes, qui sont exploités au Moyen-Orient par des employeurs sans scrupules.

Cet exil destructeur des éthiopiens dans le moyen-orient, notamment au Liban est pourtant depuis 2013 interdit aux jeunes hommes et femmes. Pourtant, rien ne semble pouvoir arrêter ce mouvement migratoire. « Il y a beaucoup de pression pour migrer. C’est d’ailleurs rarement une décision indivisuelle, mais avant tout une décision collective « , souligne le Dr Mehari, consultant international, expert en migration. Vous l’aurez compris, les communautés et familles, au moyen d’une pression parfois morale, incitent les leurs à sauter le pas et rejoindre le Lyban. Un geste de désespoir généralement fatal.

En mars dernier, une jeune éthiopienne a perdue la vie après avoir été victime de la folie suprématiste de ses « patrons ». Devant le consulat d’Ethiopie à Beyrouth, elle a été battue par un homme, littéralement traînée à même le sol avant d’être mise de force dans une voiture. La scène a été filmée et diffusée par la chaîne de télévision libanaise LBCI, mais également sur YouTube. La suite est encore plus dramatique. La jeune femme, mère de deux enfants et âgée de tout juste 33 ans a été internée dans un hôpital psychiatrique, après l’intervention de la police. Elle s’y est suicidée avec ses draps. Son seul crime, avoir refusé que l’agence de recrutement la renvoie en Ethiopie et tenté de s’enfuir, ceci alors même que son employeur l’avait renvoyé sans avoir verser de salaire. La jeune femme se refusait de rentrer sans argent dans son pays d’origine.

Mais il est important de dire que l’Ethiopie n’est malheureusement pas le seul pays touché par cette folie. De nombreux pays d’Afrique voient les leurs connaître des situations aussi dramatiques. C’est le cas par exemple du Togo, du Benin, du Burkina Faso, ou de la Côte d’Ivoire. Certains se font arnaquer par les agences de recrutement qui pilulent en Afrique. Ils pensent partir pour l’Europe, l’Amerique du Nord et croient à une escale dans le moyen-orient, une fois sur place, ils sont contraints d’y rester, victimes de toutes formes d’injustice.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook