• Accueil
  • >
  • ACTUALITÉ
  • >
  • USA : HANDICAPÉ MENTAL, LA POLICE CROIT QU’IL TIENT UNE ARME ET LE TUE

USA : HANDICAPÉ MENTAL, LA POLICE CROIT QU’IL TIENT UNE ARME ET LE TUE

À Brooklyn. Des policiers qui ont répondu à une plainte de personnes afirmant afro-américain qui menaçait les gens avec un « pistolet ». Après avoir repéré l’individu ces derniers l’ont abattu.Plus tard, ils ont découvert qu’il tenait en fait une pipe en métal qu’ils ont pris pour une arme à feu.

La prétendue arme

 

Ce mercredi, trois appelants au 911, numéro d’urgence ont rapporté qu’un « homme braquait une arme à feu argentée sur des gens dans la rue » dans le quartier de Crown Heights à Brooklyn, selon le chef du département de la police de New-York, Terence Monahan.

« Le suspect a pris une position de tir à deux mains et a pointé un objet sur les officiers qui s’approchaient, dont deux étaient en uniforme, a déclaré Monahan.

Quatre des policiers ont tiré 10 balles fatales au total, sur l’homme, avant de finalement découvrir qu’il portait juste une «pipe avec une sorte de bouton à la fin», a-t-il poursuivi.

L’homme non identifié a été transporté à l’hôpital où il a été déclaré mort. Les quatre policiers ont également été soignés pour des blessures minimes.

Andre Wilson, âgé de 38 ans , habitant du quartier a déclaré qu’il connaissait la victime depuis 20 ans et que ce dernier était simplement une personne excentrique. « Tout ce qu’il a fait était de se promener dans le quartier. Il se parle à lui-même, et avait même d’habitude une Bible orange ou un chapelet à la main. Il n’avait jamais eu de problème avec qui que ce soit », a-t-il dit.

De plus, le 18 mars, un homme noir non armé identifié comme étant Stephon Clark a également été abattu par la police dans les mêmes circonstances. Dans le cas de Stephon Clark, la police affirme de son côté avoir répondu à des rapports de personne déclarant que quelqu’un du même signalement brisait des vitres de voiture et l’ont alors abattu alors qu’ils pensaient que le téléphone portable qu’il tenait était une arme à feu. Cette affaire avait déclenché des protestations une réforme de la police.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook