• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • ÉTATS-UNIS : MORTALITÉ RECORD DES FEMMES NOIRES DANS LES MATERNITÉS

ÉTATS-UNIS : MORTALITÉ RECORD DES FEMMES NOIRES DANS LES MATERNITÉS

Depuis un moment, nous assistons à une hécatombe au sein des hôpitaux américains ; une hécatombe qui inquiète et qui est devenue un fait de société depuis peu.

UN FAIT BEL ET BIEN REEL

SOMMES-NOUS VRAIMENT EGAUX FACE AUX SOINS ?

La célèbre sportive, Serena WILLIAMS, a bien failli y passer ; elle échappe à une embolie pulmonaire grâce à sa vigilance. En effet, suite à sa grossesse, c’est elle-même qui prend la précaution de demander un scanner et une perfusion d’héparine suite à un malaise après une césarienne.

On ne parle pas là d’une femme accouchant dans un hôpital de 3ème zone mais de Serena WILLIAMS, la célèbre joueuse de Tennis internationalement connue et riche. Et quand bien même ce serait une femme se préparant à accoucher dans un hôpital lambda, nous remarquons ici que le traitement face aux soins est totalement différent face aux origines de chacun.

TRISTE CONSTAT

Face à une telle observation, des études ont été réalisées : la première, publié en 2016, dans le magazine « Obstetrics and Gynecology ». Nous y apprenons que parmi les pays développés, les Etats-Unis sont situés au premier rang mondial pour les taux de mortalité maternelle infantile.

Dans le classement OCDE (Organisation de Coopération et Développement Economique), le taux de mortalité maternelle entre 1987 et 2013 a plus que doublé aux Etats-Unis face aux 31 autres pays.

Toutefois, ce triste constat nous apprend que c’est l’Etat du Texas qui enregistre le triste record de la première place de taux de mortalité suivi de la Floride : 36 femmes sur 100 000 sont décédées au Texas en couchant. LE 09/02/2018

Les études nous révèlent aussi que ce sont les femmes noires qui connaissent le plus de complications durant leur grossesse jusqu’à mourir, allant de 3 à 4 fois plus que les femmes des autres communautés. Notons notamment que ce sont les bébés de femmes noires qui décèdent 2 fois plus souvent.

LES RAISONS DE CES DECES SUCCESSIFS :

Ce sont des grossesses de plus en plus difficiles causées par des grossesses de plus en plus tardives ainsi que des complications de santé que cela entraîner.

La question légitime qui peut se poser est : Pourquoi cela touche plus les femmes noires que les autres ?

D’après les docteurs Michael LU (professeur agrégé d’obstétrique et gynécologie) et Neal HALFON (directeur fondateur du centre pour les enfants), c’est beaucoup dû au politiquement incorrect.

UN RACISME SOUS-JACENT : Préjugés sexistes, raciaux et institutionnels

Les facteurs tels que l’environnement, l’éducation et le logement sont des paramètres à prendre en compte pour conclure, évaluer de possible facteurs de stress quant au déroulement d’une grossesse.

En effet, les familles afro-américaines seraient alors moins avantagées que les familles blanches. Pour exemple : les filles afro-américaines sont beaucoup plus susceptibles de grandir dans des logements insalubres peint avec du plomb hautement toxique et qui donc compromettraient le bon développement, la santé de leur bébé en pleine croissance alors dans le ventre.

UNE ADDITION EXORBITANTE

En plus des préjugés, un autre point important est montré du doigt :

Le montant de l’accouchement aux Etats-Unis, il est 10 000 dollars !!

Adulte, une afro-américaine gagne 0,63 cents contre 1,00 $ pour un homme blanc. La chance d’être bien suivi en bonne et due forme est alors forcément plus compliqué. Ce qui clairement contribue à une économie sur le suivi des soins de santé, également compris au sein des centres de planification familiale.

D’après le rapport de deux médecins, 72% des mères afro-américaines sont chefs de famille monoparentale.

Cette absence de suivi en matière de santé « contribue aux disparités raciales dans les facteurs de risque liés à la grossesse comme l’hypertension, l’anémie, le diabète, l’obésité, les maladies cardiaques, le VIH et le cancer. Et même en recevant des soins, les femmes noires sont moins prises au sérieux que les femmes blanches ». LE 09/02/2018

UN POINT HISTORIQUE IMPORTANT :

Dans les années 1800, un dénommé James MARRION SIMS, un gynécologue américain, s’est mis à marchander des femmes esclaves noires afin de les utiliser comme cobayes pour ses expériences chirurgicales (https://fr.wikipedia.org/wiki/J._Marion_Sims).

En effet, il se met à pratiquer ses expériences sur cet échantillon de population selon lui car, dit-il : « les femmes noires ne ressentent pas de douleur ».

« Je jure [..] de remplir, selon ma capacité et mon jugement, ce serment et ce contrat; J’utiliserai le régime pour l’utilité des malades, suivant mon pouvoir et mon jugement; mais si c’est pour leur perte ou pour une injustice à leur égard, je jure d’y faire obstacle. Je ne remettrai à personne une drogue mortelle si on me la demande, ni ne prendrai l’initiative d’une telle suggestion. De même, je ne remettrai pas non plus à une femme un pessaire abortif.

C’est dans la pureté et la piété que je passerai ma vie et exercerai mon art […. Dans toutes les maisons où je dois entrer, je pénétrerai pour l’utilité des malades, me tenant à l’écart de toute injustice volontaire, de tout acte corrupteur en général […. Tout ce que je verrai ou entendrai au cours du traitement, ou même en dehors du traitement, concernant la vie des gens, si cela ne doit jamais être répété au-dehors, je le tairai, considérant que de telles choses sont secrètes.

[… Si j’exécute ce serment et ne l’enfreins pas, qu’il me soit donné de jouir de ma vie et de mon art, honoré de tous les hommes pour l’éternité. En revanche, si je le viol et que je me parjure, que ce soit le contraire ».

Serment d’Hippocrate

Serment traditionnellement prêté par les médecins en Occident avant de commencer à exercer. Le texte original de ce serment a probablement été rédigé au IV siècle av. J.-C

Le serment d’Hippocrate nous montre bien que le médecin fraîchement diplômé prête une affirmation, même une promesse solennelle face à son métier. Seulement, après un tel constat, il faut croire qu’apparemment cette promesse n’est pas toujours respectée…

Faïna DZAH-SALI

*Source* http://information.tv5monde.com/terriennes/etats-unis-pourquoi-cette-mortalite-record-pour-les-femmes-noires-dans-les-maternites

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook