• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • LES ÉTATS-UNIS COMMÉMORENT L’ARRIVÉE DE LA PREMIÈRE ESCLAVE AFRICAINE

LES ÉTATS-UNIS COMMÉMORENT L’ARRIVÉE DE LA PREMIÈRE ESCLAVE AFRICAINE

Les États-Unis ont commémoré ce week-end les 400 ans de l’arrivée d’Angela, première esclave officiellement recensée par les colons britanniques, sur le sol américain. Le trafic des navires négriers à partir de 1619 marque le début d’une sombre période de l’histoire américaine : 250 ans d’esclavage suivis d’une longue période de ségrégation raciale, dont les répercussions se font encore sentir dans la société américaine.

Du « berceau de l’humanité » au « nouveau monde »

Après une traversée terrifiante de l’Atlantique, Angela est l’un des premiers esclaves africains connus à atteindre le premier établissement anglais permanent en Amérique du Nord, qui fera ensuite partie des États-Unis. À l’époque, les marchands d’esclaves portugais et espagnols vendaient déjà des Africains comme ouvriers dans les Amériques – le Brésil, par exemple – depuis près d’un siècle.

Originaire du royaume de Ndongo, dans l’actuel Angola, Angela a été embarquée sur un navire portugais à Luanda, qui s’est ensuite dirigé vers Veracruz, dans la colonie espagnole du Mexique moderne.

Près du tiers des 350 esclaves sont morts avant la fin de la traversée de l’Atlantique en raison des conditions difficiles à bord du navire. Et avant d’atteindre Veracruz, deux navires corsaires ont attaqué le navire portugais et saisi environ 60 Africains, selon James Horn, président de la Jamestown Rediscovery Foundation.

L’Ève de la communauté afro-américaine

Le premier des deux, le Lion Blanc, est arrivé en Virginie dans « la fin du mois d’août 1619 », a écrit John Rolfe, un riche colon anglais époux de Pocahontas, dont le père était un puissant chef tribal américain.

En arrivant à Point Comfort – aujourd’hui, à Fort Monroe, près de Jamestown – les corsaires ont échangé quelque 20 Africains contre des fournitures indispensables. Le deuxième navire, le trésorier, est arrivé peu après, déposant un petit groupe.

La seule femme dont le nom a été conservé pour l’histoire est Angela, « la première femme africaine enregistrée en Virginie », a déclaré Bly Straube, conservatrice du musée d’histoire vivante de Jamestown Settlement.

« Pour moi, cette histoire ressemble à Ève », a affirmé Mme Straube à l’AFP. « Elle et ses compatriotes africains arrivés en 1619 sont la génération fondatrice de ce qui allait devenir notre communauté afro-américaine aujourd’hui ».

« Ils ont été capables de se réinventer »

Terry E. Brown est lui-même un descendant d’esclaves. Sa famille est originaire du Cameroun. Il explique l’importance de rendre hommage aux premiers esclaves américains.

« Ils ont enduré des conditions de vie parmi les plus oppressives qui soient, dit-il. Mais ils ont été capables de se réinventer. Ils n’ont pas fait que survivre à l’esclavage, ils ont créé cette réponse fraîche et vibrante en construisant des familles, des musiques, des langages, de nouvelles formes d’art. Donc nous allons rendre hommage à leur système de valeurs, à leur persévérance et à leur beauté. Je suis honoré de pouvoir le faire. »

Aux États-Unis, l’esclavage aura officiellement duré 246 ans, depuis l’arrivée des premiers esclaves en 1619 jusqu’à son abolition en 1865.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook