• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • EN ESPAGNE, LA DROITE PROPOSE AUX MIGRANTES D’ÉCHANGER LEURS BÉBÉS CONTRE UN DROIT D’ASILE

EN ESPAGNE, LA DROITE PROPOSE AUX MIGRANTES D’ÉCHANGER LEURS BÉBÉS CONTRE UN DROIT D’ASILE

 Le Parti populaire (conservateur) propose de retarder l’expulsion des femmes enceintes migrantes, si ces dernières consentent à abandonner leur bébé, rapporte El Pais. Un projet de loi qui fait scandale en Espagne.

Une proposition indécente

Une proposition que le parti espère pouvoir mettre en oeuvre en cas de victoire aux prochaines élections législatives. Selon son leader, Pablo Casado, la mesure viserait à lutter contre « l’hiver démographique » de l’Espagne qui fait face à une chute de sa natalité.

L’agence EFE explique qu’une telle loi aurait pour but d’éviter aux migrantes souhaitant confier leur enfant à l’adoption d’être expulsées au cours de la procédure. Mais pour le Parti populaire, cette mesure serait loin de pouvoir servir de « bouclier » à toutes les femmes sans papier du pays, dans la mesure où elles seraient toujours expulsables après leur accouchement.

L’annonce de cette proposition a suscité une vive polémique en Espagne. « Sexiste. Raciste. Classiste. Il ne restait plus que ravisseurs d’enfants. Fascistes. Chaque démocrate doit voter à la prochaine élection pour empêcher cette foule de venir au pouvoir », s’est insurgé sur Twitter, à l’image de nombreux internautes, Ada Colau, la maire de Barcelone.

Une proposition inconstitutionnelle ?

Selon Vladimir Núñez, un avocat spécialiste de l’immigration interrogé par El Pais, la proposition du PP pourrait être inconstitutionnelle. Celle-ci serait contraire à l’article 13 de la Constitution espagnole, qui garantit toutes les libertés publiques aux étrangers en Espagne.

Face à la polémique, le leader du Parti populaire a finalement été contraint de réagir, qualifiant l’information de fake news. « Ce que propose le PP, est que les femmes enceintes qui décident de confier leur enfant à l’adoption se voient garantir la confidentialité et les mêmes droits, qu’elles soient régularisées ou non (…) Lorsque ces femmes décident de confier l’enfant pour adoption, la procédure de dénonciation de cette personne en situation irrégulière n’est pas engagée », a-t-il expliqué ce jeudi, rapporte El Norte de Castilla, un journal local.

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook