LES ÉLECTEURS NIGÉRIANS VEULENT LEUR « MACRON »

Le virus « Macron », ou le « Macronisme » ne fait pas que des ravages en hexagone. Les prouesses politiques du jeune énarque et Banquier de 39 ans semblent avoir atteint l’Afrique et plus particulièrement un pays d’Afrique de l’Ouest. Selon un récent sondage réalisé par l’institut NOIPolls, le Nigeria, ce géant d’Afrique souhaiterait lors des élections de 2019 avoir des candidats jeunes de moins de 50 ans, non affiliés aux partis politiques traditionnels 

L’enquête d’opinion réalisée sur un échantillon de 1 000 Nigérians représentatifs des six zones géopolitiques du pays, assure que 64 % des sondés préfèreront voter pour des candidats âgés entre 40 et 50 ans. À l’inverse, ils sont 15 % à être intéressés par des candidats âgés de 51 à 60 ans. Des résultats qui contrastent avec la situation actuelle au Nigeria. Le président nigérian Muhammadu Buhari avait 72 ans lorsqu’il a été plébiscité en 2015. Mais la désaffection pour les gouvernants âgés pourrait venir des récentes expériences de présidents malades.
Buhari est actuellement à Londres où il séjourne pour la seconde fois, en mois de six mois, pour des raisons médicales. De fait, pour les partisans de la jeunesse politique, les jeunes candidats sont les meilleurs, car ils “combinent jeunesse, énergie et maturité”. Aussi, apportent-ils “de fraiches et nouvelles idées et sont plus dynamiques que les politiciens âgés”.

NOIPolls lie surtout cette nouvelle volonté de l‘électorat nigérian à la récente victoire du centriste français, Emmanuel Macron à la présidentielle française. La campagne “Pas si jeunes pour se présenter” lancée par le groupe de défense des droits des jeunes en fait largement écho. Avec cette campagne, ils visent que soient revues à la baisse les exigences d‘âge pour les postes électifs au Nigeria, soit 30 ans (au lieu de 40 et 35 ans) pour les candidats à la présidentielle, les sénatoriales et les postes de gouverneur.

Au Nigeria, ils sont aussi nombreux à vouloir, voir, émerger un candidat de la même stature. Le sondage fait notamment cas de 73 % des personnes interrogées qui sont prêtes à voter pour un candidat indépendant, “intègre” et qui se démarque des partis politiques classiques du pays.
Mais cela reste encore utopique au Nigeria. Pour l’heure, la loi électorale ne prévoit pas de candidature indépendante. Et ce, d’autant que depuis que les militaires ont remis le pouvoir aux civils en 1999, la vie politique du pays est dominée par deux partis politiques : le PDP (Parti Démocratique Populaire, People Democratic Party) et le Congrès progressiste (APC, opposition). Aucun candidat aux élections n’a pu remporter une élection sans le soutien de ces deux partis.
NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook