• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • « Eco » : L’Afrique de l’Ouest et le défi de l’adoption d’une monnaie commune

« Eco » : L’Afrique de l’Ouest et le défi de l’adoption d’une monnaie commune

Si l’on en croit le projet entériné le 29 juin dernier à Abuja (Nigeria) par les États  membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), une nouvelle monnaie commune, « l’Eco », devrait remplacer le Franc CFA à partir du 1er juillet 2020. Mais cette initiative a déjà du plomb dans l’aile. Selon l’économiste togolais Yves Ekoué Amaizo, certains pays de l’organisation régionale ne veulent pas d’une rupture brutale avec le Trésor français.

« La partie francophone menée par Allasane Ouattara (le président de la Côte d’Ivoire, ndlr) dit que la meilleure solution pour le futur de l’éco, c’est qu’il soit en fait une prolongation du franc CFA. Ce qui veut dire qu’il y aura un certain nombre d’amendements qui seront faits. Mais ce sera toujours le franc CFA, avec toutes les conditionnalités : le compte d’opération, la convertibilité… avec le Trésor français », estime Yves Ekoué Amaizo.

Par ailleurs, l’économiste malien Cheickna Bounajim Cissé estime ainsi que les « deux géants » de l’Afrique de l’Ouest, le Nigeria et le Ghana, n’adopteront pas cette nouvelle monnaie tant que la France sera au contrôle. Selon lui, « techniquement, ce n’est pas tenable. Politiquement, ce n’est pas tenable ». L’économiste malien assure que, sur le plan technique, aucun des État de la CEDEAO ne remplissait, en 2018, les critères de convergence.

« Sur le plan politique, ce n’est pas tenable parce que les signes que nous avons du Nigeria et du Ghana ne sont pas prometteurs quant à leur intégration à cette future monnaie. C’est une idéologie économique qui sépare les pays francophones de l’UEMOA et les pays anglophones qui sont incarnés par le Nigeria et le Ghana », explique M. Amaizo.

Selon Tiémoko Meyliet Koné, le gouverneur de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BECEAO), seuls les pays qui respecteront les critères de convergence, taux d’inflation et déficit budgétaire, seront donc en mesure d’adopter l’éco.

Prince KHALIL

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook