• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • Dominique Anglade, l’haïtienne qui pourrait être élue à la tête du Québec

Dominique Anglade, l’haïtienne qui pourrait être élue à la tête du Québec

La députée libérale et candidate à la chefferie du parti, Dominique Anglade, a dû répondre à une question à propos de la couleur de sa peau lors du dernier conseil général de la formation politique à Sherbrooke. Certains chroniqueurs ont rapporté que des militants au sein du PLQ croient que les Québécois ne seraient pas prêts à élire une députée montréalaise issue d’une minorité culturelle, Mme Anglade étant d’origine haïtienne.

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, dit trouver cette idée « choquante » tant pour « les gens issus de la diversité au Québec […], puis pour les gens des régions du Québec ». Les adversaires du Parti libéral du Québec ne croient pas en effet que la couleur de la peau de Dominique Anglade puisse être perçue comme un facteur réduisant ses chances d’être élue un jour à la tête du Québec.

« Si la candidature de Mme Anglade ne fonctionne pas au Québec, ça n’aura rien à voir avec ses origines et tout à voir avec son bilan à elle et le bilan de son parti », a-t-il affirmé. Une opinion partagée par le chef parlementaire du Parti québécois, Pascal Bérubé. « Il y a effectivement un obstacle pour Dominique Anglade et Alexandre Cusson (l’autre candidat à la chefferie du PLQ) de devenir premier ministre, c’est essentiellement parce que ce sont des libéraux. Je n’en vois pas d’autres », a-t-il expliqué en point de presse.

Qualifiant de « réductrice » cette idée de certains membres de son parti et rapportée par des chroniqueurs, Dominique Anglade s’est défendu d’avoir voulu se victimiser. Elle n’a fait que répondre à une question qui lui était posée à savoir si les Québécois étaient prêts à élire une députée montréalaise issue d’une minorité culturelle.

Le député libéral et ancien ministre sous le gouvernement de Philippe, Carlos Leïtao en souligne quant à lui une « dynamique » présente aux États-Unis où Barack Obama a été élu pour la première fois en 2008.

Awa TRAORÉ

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook