QUE DEVIENT NICOLAS ANELKA DEPUIS QU’IL A RACCROCHÉ?

Nicolas Anelka, né le 14 mars 1979 , français et d’origine martiniquaise, fut un grand espoir du football français à ses débuts, Anelka connaît une carrière contrastée. Il évolue dans plusieurs des plus grands clubs européens (Paris Saint Germain, Arsenal, Real Madrid, Liverpool, Manchester City, Chelsea, Juventus) et cumule 69 sélections en équipe de France, sans cependant connaître la consécration à laquelle il semblait promis, se retrouvant notamment au centre de la polémique lors de la Coupe du monde 2010. En 2012, alors qu’il évolue en Chine, il est durant une courte période nommé entraîneur adjoint. Mais que devient l’enfant terrible du foot français depuis qu’il n’est plus dans les stades ?

Anelka n’a plus disputé de rencontre officielle depuis décembre 2015 et fêtera, en mars prochain, ses 40 printemps. À l’intersaison, 2015/2016, le nom de Nicolas Anelka est cité dans le cadre du rachat du club belge de 4e division Royal Géants Athois. Pendant la phase préparatoire, l’ancien International est présent, à l’une ou l’autre occasion, lors de rencontres amicales de ce club dont la pérennité ne peut être assurée. Après deux déménagements vers les communes de Fleurus, puis de Renaix, le cercle cesse ses activités à l’automne 2015.

Parce qu’il ne se sent « pas champion du monde » pour avoir fait partie des « exclus de Clairefontaine », Nicolas Anelka avait décliné l’invitation pour le match de gala de l’équipe de France 1998 à Nanterre, il y a quelques mois. Mais il n’a rien perdu de son amour du maillot bleu, en suivant avec assiduité le parcours des hommes de Didier Deschamps en Russie, ou celui de la Belgique dont s’occupait son ami Thierry Henry. Il a croisé Djibril Sidibé à Dubaï après le Mondial, fait toujours très attention à sa forme physique, sera au cœur d’une série-documentaire et laisse entendre un futur en tant qu’entraîneur.

Si par ailleurs, Nico s’est lancé dans une application, il est aussi souvent cité parmi les footballeurs et autres célébrités qui soutiennent l’ONG « Urgences Panafricanistes » dont le président est la vitrine du panafricanisme des temps modernes, Kemi Seba.

VINCINQ ZEROWIT

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook