DAY BY DAY, UNE CHAÎNE D’ÉPICERIE AVEC ZERO DÉCHET 

David Sutrat est le co-fondateur d’une chaîne de 28 magasins d’épiceries en France. Celle-ci a la particularité de ne produire aucun déchet. La chaîne appelée Day by Day est le premier modèle du genre dans l’hexagone.

L’aventure Day by Day commence dans sa conception en fin 2011. Didier Onraita et David Sutrat travaille alors dans la grande distribution, mais tous deux veulent en faire plus, veulent apporter quelque chose de nouveau. En 2013, elle prend forme avec l’ouverture d’une première enseigne à Meudon, 4 années plus tard, on en compte 28 et plusieurs ouvertures par an.

Le principe de cette « épicerie zéro déchet » est simple. Pour éviter de faire dans le gaspillage, des magasins de proximité sont mis sur pied, les produits y sont vendus sans emballages afin de permettre à chacun d’acheter la quantité dont il a besoin. En effectuant cette opération, non seulement les clients réalisent des économies, mais en plus, en se cantonnant aux besoins de leurs utilisations, ils prennent part à la réduction du gaspillage alimentaire qui semble s’être normalisé dans nos sociétés. Mieux encore, de l’absence d’emballages découle naturellement une absence de déchets.

Ces magasins de proximité créent quelque peu une impression de campagne, de convivialité, un retour aux valeurs premières, loin de la grande distribution qui tue les rapports humains. Là, comme au bon vieux temps, certains clients passent la porte munis de leur bocaux pour y mettre leurs épices, se font conseiller par leurs épiciers.

La clientèle est diverse et variée. Selon David Sutrat, la moitié de la clientèle (50%)est faite de familles, une satisfaction pour lui, en ce sens que la famille est le socle de l’éducation pour les petits. Aussi c’est à elle d’inculquer les bonnes habitudes aux adultes de demain. L’autre moitié de la clientèle est plus éparse. Nous avons d’abord, un public très féminin plutôt jeune (25-35 ans) et engagé, les partisans du bio, il représentent 35 % des clients. Ensuite, le reste est composé de curieux. Là, la tranche d’âge est situé entre 35 et 50 ans. Autant dire que Day by Day, touche un bien large public.

À la question de savoir si le succès que suscite Day by Day en France les a surpris, David répond, «Pas du tout. Pour nous, c’était du bon sens d’imaginer des alternatives aux grandes surfaces qui ne proposent pas de lien, pas de relation, pas de conseil. Depuis 10 ans, la fréquentation des grandes et moyennes surfaces est en baisse et l’on voit se réimplanter des bouchers, des fromagers, des primeurs : il y a une volonté globale de revenir à une consommation plus raisonnable, plus juste, dont on connaît l’origine.».

D’ailleurs les fondateurs de Day by Day ne comptent pas s’arrêter là. D’ici à fin 2018, ils se sont fixés pour objectif d’avoir un magasin dans chaque département et même d’aller au delà de l’hexagone.

«Pour voir encore plus loin, nous avons l’ambition d’être le premier réseau de vrac en Europe : nous allons nous implanter en Belgique, puis nous souhaitons nous installer au Luxembourg, aux Pays-Bas et en Allemagne dans les 2 ans à venir.». 

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook