CYBERCRIMINALITÉ, FÉTICHES ET SACRIFICES…

L’Afrique de l’ouest est actuellement secouée par des rituels à base de sacrifices humains.

Le phénomène a pris de l’ampleur à cause de la cybercriminalité. En effet pour pouvoir exercer leurs sales besognes, les cybercriminels font recours à un fétiche originaire du bénin et appelé Kinninsi.

Le kinninsi ou encore appelé kinikinisi (littéralement épouse du lion en raison du sang dont il raffole), était autrefois légué à des personnes ayant une grande sagesse avérée pour qu’elles ne l’utilisent pas dans des conditions pouvant nuire à la société.

Mais aujourd’hui, force est de constater que ce fétiche est souvent détenu par des personnes en quête de gain facile et qui pour rendre ce fétiche plus performant pour qu’il puisse leur permettre de commettre leur crimes avec la certitude d’y arriver avec succès, n’hésite pas à l’habituer à la consommation du sang ou de certains organes humains. Ce qui pousse ces détenteurs en quête de gain facile à commettre des meurtres pour satisfaire les besoins de leurs fétiches.
Les autorités du Bénin et du Sénégal ont décidé de prendre les taureaux par les cornes pour mettre fin à cette pratique inhumaine.

Au bénin c’est à travers une opération commando dénommée Rambo que la police républicaine a fait des descentes inopinées dans des maisons. Plusieurs maisons ont été perquisitionnés dont certaines appartenant à des artistes qui font l’apologie de la cybercriminalité. Plusieurs arrestations ont également eu lieu avec des saisies. Le préfet du littoral Modeste Toboula a rencontré la semaine passée les dignitaires du culte vodoun pour leur expliquer certains aspects à considérer.

‘’Les gens savent qu’avec la protection de kinninsi ils peuvent se dissimuler face à la police républicaine…nous devons encadrer l’obtention de kininnsi’’ a déclaré Modeste Toboula. Les dignitaires du culte vodoun ont apprécié l’initiative et ont promis collaborer pour la fin des sacrifices humains.

Au Sénégal, le président Macky Sall a qualifié le phénomène d’ignoble et d’inacceptable au cours de son intervention sur une radio privée et a déclaré ceci : ‘’j’ai donné des instructions les plus fermes aux forces de sécurité pour traquer ces malfaiteurs, les traduire devant la justice’’.

Selon le directeur de la sécurité publique du ministère de l’intérieur, les moyens matériels et humains ont été renforcés pour finir avec cette pratique.

Vivement que cette pratique soit conjuguée au passé pour le respect et la dignité de l’espèce humaine.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook