• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] VÉRACITÉ DE LA MYTHOLOGIE SUBSAHARIENNE

[CULTURE] VÉRACITÉ DE LA MYTHOLOGIE SUBSAHARIENNE

On connaît la mythologie égyptienne, avec ses déesses et ses dieux, ses histoires de bravoure et d’amour. Le site Mythologica recense, par exemple, plus de 2.000 divinités au travers desquelles les Égyptiens de l’Antiquité interprétaient les phénomènes. Qui n’a entendu parler d’Amon, des cultes (PDF) rendus à Isis et Osiris, ceux voués à Anubis ou Rê, le dieu du soleil, ou encore à Shou?

D’autres encore se passionnent pour les mythologies grecque ou romaine (à quelques exceptions près comme Romulus ou Janus, c’est d’ailleurs un peu la même chose). Là aussi, les dieux étaient la personnification des éléments naturels, des événements de la vie ou tout simplement des sentiments.

Seulement, l’on parle peu souvent de la mythologie de l’Afrique subsaharienne qui existe bel et bien, comme le rappelle le site Next Afrique. L’une des blogueuses du site explique que les divinités du panthéon «sont source de rêves et de voyages insolites».

Comme partout ailleurs, il existe en Afrique noire, une multitude de déesses et de dieux pour comprendre le monde et la petite recension qu’en fait Next Afrique n’est pas sans intérêt.

D’abord, rappelle le site, qui s’appuie sur des recherches déjà présentées par le site de partage des savoirs africains Bana Mboka, il y a la fameuse Mami Wata, la mère des eaux. Cette sirène, mi-femme mi-poisson donc, est la déesse du culte vaudou, au Bénin et au Togo. Dans tous les cas, l’esprit de la Mami Wata est présent sur toute côte ouest-africaine jusqu’au centre.

Au Ghana et au Nigeria, les pêcheurs la craignent, au Cameroun elle est considérée comme une mangeuse d’âmes et au Congo, Next Afrique nous explique qu’elle serait la patronne des prostituées de Kinshasa… rien moins que ça. Cela étant, la Mami Wata a autant de cultes que d’adeptes et aujourd’hui encore nourrit l’imaginaire de nombreuses populations sur le continent.

Next Afrique évoque aussi l’Aziza, génie des peuples pygmées à qui l’on prête une grande puissance. La particularité de l’Aziza: enlever de façon mystique les êtres humains pour leur enseigner le pouvoir médicinal des plantes. L’Aziza est en quelque sorte la reine de la médecine et la déesse des chasseurs.

Mais comment ne pas parler du dieu Nommo? Next Afrique rappelle que dans la mythologie des peuples dogon d’Afrique de l’Ouest, Nommo est un dieu hermaphrodite dont le nom signifie littéralement «fabriquer l’eau». Chez les Dogons dont la terre est aride, Nommo est le dieu de l’eau, invoqué lors des grandes sécheresses.

Source: SlateAfrique

http://www.slateafrique.com/436861/mythologie-deesses-dieux-pantheon-afrique-subsaharienne

 

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook