[CULTURE] LES AUTOCHTONES DE THAÏLANDE

_________________________________________________________
Aujourd’hui, nous savons que les premiers habitants de l’Asie du Sud sont les ancêtres des populations que les blancs désignent sous l’appellation raciste: « Négritos ». Ce nom péjoratif est toujours utilisé aujourd’hui dans tous les manuels de géographie en occident. Ce terme méprisant fut donné par les colonisateurs espagnols, qui se doutaient bien que ces peuples avaient une parenté évidente avec l’Afrique; en raison de leur apparence physique, leurs cosmogonies, et leur mode alimentaire. Malgré les génocides, le racisme envers les noirs (même en Asie), et les falsifications, force est d’admettre que toutes les premiers familles d’autochtones qui se sont établies de Madagascar à l’ouest aux îles du Pacifique étaient toutes mélanodermes, et donc définitivement toutes africaines. Sachez donc qu’en Asie du sud les peuples à peau foncée habitaient déjà sur ces terres bien avant les asiatiques à peau claire et aux yeux bridés.

●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●

LES MANI

Premiers habitants indigènes de l’Asie du Sud-Est, souvent appelés Mos ou Tonga, les Mani sont l’une des populations autochtones les plus ségréguées actuellement en Asie du sud. Pour cause, leurs caractéristiques physiques est très communes à certaines communautés africaines : petite taille, cheveux crépus et peau foncée..
Les tracés des frontières nationales durant l’ère coloniale et le racisme inhérent, les ont contraints à s’installer dans les montagnes et des forêts reculées. Les divisant ainsi au reste de la population à peau clair. C’est pourquoi on n’entend jamais parler de ce peuple autochtone. Leur Africanité ne fait aucun doute. Il y a des milliers d’années, Ils sont partis d’Afrique pour aller s’installer en Thaïlande, comme les Adamiens qui ont pris résidence en Inde, les Aetas aux Philippines, et les Semangs en Malaisie et en Thaïlande. Tous ces peuples africains résidaient déjà là bien avant l’invasion des autres groupes ethniques à peau clair venus du nord pour former le royaume Thaï. Plusieurs études anthropologiques révèlent que le Mani et les Semang étaient les premiers humains modernes à s’etre installés dans la péninsule malaisienne. Ils ont fait remarquer «que c’est en descendant de la province du Yunnan en Chine, qu’il y a 4500 ans, les Proto-Thaïlandais à peau clair venu du nord, ont rencontré les véritables habitants de la Thaïlande et du Cambodge, qui depuis longtemps , étaient les seuls hommes modernes à vivre dans cette zone « 

Le nom Mani d’origine môn-khmer, signifie « être humain», et ils parlent la langue Tonga. Le Mani ou « peuple de la forêt », sont aujourd’hui confinés dans les jungles du sud de la Thaïlande, sur les chaînes montagneuses du Banthad et autour de la frontière avec la Malaisie dans les provinces de Trang, Phatthalung et Satun . Ils sont menacées d’extinction et actuellement leur population totale environne aux alentours de :

– 3000 personnes dans la province de Satun

– 500 personnes sur les chaînes montagneuses du Banthad, qui était une zone de base pour les insurgés communistes dans les années 1970 et donc un champ de bataille entre les guérillas communistes Thai et les forces du gouvernement thaïlandais. Surtout pendant les années de 1975-1977. Les insurgés étant battues face aux attaques terrestres et aériennes, ce sont les Mani victimes collatéraux qui ont le plus souffert au cours de cette guerre. Les forces gouvernementales prenant souvent la fumée des feux de camp Mani pour l’activité des insurgés . Les Mani résidents dans les provinces de Trang et de Phatthalung ont dû se déplacer dans la province de Satun Thoungwan.

Sources :
http://beautiesofafrique.tumblr.com/post/91167710230/black-in-asia-thailand-the-mani-people-are-the
http://realhistoryww.com/world_history/ancient/The_Mon_Thailand.htm
http://beautiesofafrique.tumblr.com/post/91167710230/black-in-asia-thailand-the-mani-people-are-the
●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●

LES SEMANG
Nom donné, au début du xixe siècle, aux authentiques habitants de la péninsule malaise, ils sont souvent appelés Menik, Meni ou Mendi ; les Thaïlandais racistes à peau clair les appellent : Ngok. L’appartenance linguistique des Semang est assez incertaine : ils ont été affiliés aux Senoi (Mon-Khmer) et ont emprunté des mots malais. Au début du xxie siècle, leur population est estimée à moins de 4 000 personnes, dont une centaine en Thaïlande.
Les premières traces d’établissements humains dans la Péninsule, comme dans l’Archipel d’ailleurs, semblent montrer des éléments ethniques très différents, certains étant certainement proches des Adamiens qui demeurent encore, de façon résiduelle, dans la Péninsule malaise (c’est le cas des Semang de Thaïlande et de Malaisie).
Les plus anciennes cultures attestées par les recherches des préhistoriens de l’Asie du Sud-est sont nommées en suivant les sites sur lesquels elles ont été découvertes en premier. C’est ainsi que l’on parle d’abord d’une culture dite « hoabinhienne », dont des traces ont été trouvées au Tonkin, dans la province de Hoa-Binh, mais aussi dans de nombreux sites situés sur le territoire de la Thaïlande actuelle (Chiang Ray, Ratchaburi, Lopburi)

●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●
Sources:
http://realhistoryww.com/world_history/ancient/Misc/Ancient_American_affinities/American_affinities.htm
http://www.pinterest.com/pin/312015080405321475/
http://diasporicroots.tumblr.com/page/2
http://www.gitpa.org/web/AS%20THAILANDE%20LE%20ROUXPKFINAL.pdf
http://www.afroconceptnews.com/2013/08/16/histoire-les-premiers-chinois-etaient-noirs/

●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●●
Kem Infos

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook