• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] LE TÉMOIGNAGE ÉDIFIANT DE L’ESCLAVE MARY PRINCE AU THÉÂTRE PAR SOURIA ADÈLE

[CULTURE] LE TÉMOIGNAGE ÉDIFIANT DE L’ESCLAVE MARY PRINCE AU THÉÂTRE PAR SOURIA ADÈLE

On ne recense aucun témoignage d’esclave dans la Caraïbe francophone. En revanche, on les compte par centaines dans le monde anglo-saxon. L’un des plus emblématiques est le récit autobiographique de Mary Prince. L’actrice martiniquaise Souria Adèle l’interprète au théâtre jusqu’au 22 mars à Paris.

« J’ai été esclave, j’ai ressenti ce que ressent une esclave et je sais ce qu’une esclave sait. » Ce sont les mots de Mary Prince, une esclave née aux Bermudes en 1778. Un récit brut de décoffrage que l’actrice martiniquaise Souria Adèle a adapté au théâtre. La première représentation avait lieu mercredi soir à la Manufacture des Abbesses (Paris 18e).

Un monologue édifiant

Seule en scène, immobile, Souria Adèle incarne Mary Prince, bien loin de son personnage comique de Marie-Thérèse Barnabé. De sa voix grave, l’actrice fixe son public et raconte l’histoire de cette esclave à la première personne. Trimballée des Bermudes à Antigua en passant par les îles Turques au nord de la Caraïbe, c’est en Angleterre que Mary Prince publie son témoignage en 1831, soit deux ans avant l’abolition de l’esclavage dans l’empire britannique. Ses propos sont recueillis l’avocat Thomas Pringle, membre de la Société contre l’esclavage. Elle l’avait sollicité pour la défendre contre des maîtres qui s’opposaient à ce qu’elle rachète sa liberté.

Le récit de Mary Prince est sans ambages. Comme lorsqu’elle décrit le moment où elle a été vendue sur le marché, à 12 ans : « on m’examinait et on me palpait comme un boucher qui va acheter un mouton ou un agneau ». Viennent les scènes de maltraitance, les coups de rigoise, les heures passées à travailler et les furoncles aux pieds. « Je suis convaincue que personne en Angleterre ne savait ce qui se passait là-bas, dans ces îles atroces. »

Un témoignage rare en France

Le travail de l’actrice Souria Adèle est d’autant plus marquant que de tels témoignages n’existent pas dans la Caraïbe francophone. En revanche, des centaines de récits d’esclaves ont été publiés au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis. A l’instar de Twelve years a slave, l’histoire de l’esclave américain Solomon Northup, récemment portée à l’écran.

La vie de Mary Prince a bouleversé Chantal, une spectatrice d’origine martiniquaise. A l’issue de la représentation, elle s’exclame : « J’ai failli partir au milieu… c’était trop dur à entendre… Quelle performance ! Si le bouquin existe, je vais l’acheter. » Le livre a été publié en anglais sous le titre The history of Mary Prince. A West Indian Slave Narrative, avant d’être traduit en français en l’an 2000. Pour son spectacle, Souria Adèle s’est appuyée sur une nouvelle traduction.

L’actrice martiniquaise se produit à Paris jusqu’au 22 mars. Elle a bon espoir de pouvoir jouer son spectacle en Martinique et en Guadeloupe dans les mois à venir.

Infos pratiques
Mary Prince, spectacle mis en scène par Alex Descas, avec Souria Adèle
Du 8 janvier au 22 mars 2014, du mercredi au samedi à 19h
Théâtre de la Manufacture des Abbesses, 7 rue Véron, Paris 18e
Réservations : manufacturedesabbses.com / 01.42.33.42.03

Source :
http://www.la1ere.fr/2014/01/09/le-temoignage-de-l-esclave-mary-prince-adapte-au-theatre-par-la-martiniquaise-souria-adele-99117.html

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook