• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] « LA PORTE DU NON RETOUR » : MONUMENT DE L’ESCLAVAGE AU BÉNIN

[CULTURE] « LA PORTE DU NON RETOUR » : MONUMENT DE L’ESCLAVAGE AU BÉNIN

Le Bénin est un pays de l’Afrique occidentale. Limité au nord par le fleuve Niger et au sud par la côte atlantique, sa capitale est Porto Novo.

Dans ce pays se trouvait l’un des ports les plus importants du commerce des esclaves, le port d’Ouidah. Ici, les esclaves étaient marqués au fer chaud pour les identifier, car dans une même embarcation il y avait des esclaves de différentes compagnies commerciales.

Dans l’endroit où jadis se trouvait le port, on a construit en 1995 l’actuelle « Porte du non Retour » Une plaque donne les indications suivantes:

La porte du non retour

Elle symbolise l’étape ultime de la plus grande déportation qu’ait jamais connue l’humanité :

La traite négrière

Les esclaves en arrivant sur cette plage de Djegbadji foulaient pour la dernière fois le sol de l’Afrique et s’en allaient sans espoir de retour vers un destin horrible et funeste. C’est ce que symbolise la partie du monument tournée vers la ville de Ouidah.

Par contre, côté mer, la porte symbolise, malgré les souffrances et les douleurs subies, le retour du souffle des ancêtres revenus de l’au-delà des mers ainsi que les liens indissolubles qui rattachent la diaspora nègre à la terre africaine.

Le bourreau avait tué une fois en instituant l’holocauste des esclaves noirs.

En construisant, au nom de la tolérance, de l’écoute mutuelle et de la coexistence pacifique des peuples ce monument, la république du Bénin et l’UNESCO ont voulu instituer la mémoire afin d’empêcher l’amnésie historique de s’installer et le silence de tuer une seconde fois des dizaines de millions d’esclaves qui par leur sang et leur sueur ont enrichi les initiateurs et les destinataires du commerce du « bois d’ébène.

Source :
http://hablofrances.blogspot.fr/2010/05/la-porte-du-non-retour-benin.html

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook