• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] 15 NOVEMBRE 1884 AU 26 FÉVRIER 1885 : LA CONFÉRENCE DE BERLIN: LE JOUR OU LES BLANCS DÉCIDÈRENT DE DIVISER L’AFRIQUE

[CULTURE] 15 NOVEMBRE 1884 AU 26 FÉVRIER 1885 : LA CONFÉRENCE DE BERLIN: LE JOUR OU LES BLANCS DÉCIDÈRENT DE DIVISER L’AFRIQUE

La conférence de Berlin marqua l’organisation et la collaboration européenne pour le partage et la division de l’Afrique. Cette conférence commença le 15 novembre 1884 à Berlin et finit le 26 février 1885. À l’initiative du Portugal et organisée par Bismarck, l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, la Belgique, le Danemark, l’empire ottoman, l’Espagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la Russie, la Suède-Norvège ainsi que les États-Unis y participèrent. Une conférence antérieure fit débuter le débat sur la conquête des Congo et amorça ainsi le début des luttes coloniales. La conférence de Berlin aboutit donc à édicter les règles officielles de colonisation. L’impact direct sur les colonies fut une vague européenne de signature de traités.

Pendant de longues années, l’intérieur du continent africain, souvent difficile d’accès, n’a pas intéressé les puissances européennes qui se contentaient d’y établir des escales ou des comptoirs de commerce. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, l’appétit des puissances européennes est stimulé par la découverte de richesses insoupçonnées, à l’image des mines de diamants du Transvaal découvertes en 1867. Durant les années 1880, les visées colonisatrices européennes en Afrique s’intensifient jusqu’à créer des tensions entre les différentes puissances. En 1881, la France occupe la Tunisie, froissant au passage la susceptibilité de l’Italie, pose ses premiers jalons dans les territoires constituant l’actuelle République du Congo et s’empare de la Guinée en 1884. En 1882, le Royaume-Uni s’empare de l’Égypte, une province de l’Empire ottoman avant de se tourner vers le Soudan et l’actuelle région du Somaliland (que les colonisateurs dénommeront en 1884 Somalie britannique). En 1885, l’Italie prend possession d’une partie de l’Érythrée, alors que l’Allemagne déclare en 1884 avoir pris possession du Togo, du Cameroun, du Sud-Ouest africain (l’actuelle Namibie) et de l’Afrique orientale allemande en 1885.

La concurrence engendrée par l’exploration du bassin du Congo (1874-1877) par Henry Morton Stanley, qui efface l’une des dernières terres incognito de la carte du continent, conduit à l’organisation de la conférence de Berlin. En 1876, la conférence de géographie de Bruxelles (12-19 septembre 1876) avait été convoquée par le roi des Belges Léopold II afin d’envoyer des expéditions au Congo pour les motifs présumés d’y abolir la traite des Noirs maintenue par les Arabes et, selon ses propres termes, de « civiliser » le continent africain. Elle aboutit à la création de l’Association internationale africaine. Dès 1878, le roi Léopold II saisit l’occasion de la traversée du continent par H.M Stanley pour l’inviter à se joindre aux travaux de la nouvelle association.

En 1878, la Belgique crée aussi l’Association internationale du Congo qui présente des objectifs plus explicitement économiques ; elle reste toutefois en relation avec l’Association internationale africaine qui lui offre un paravent philanthropique. Stanley est chargé de retourner au Congo avec la mission secrète d’établir un État, le futur État indépendant du Congo, dont il serait le chef au nom de l’Association internationale africaine.

Dans le même temps, la France affirme son intérêt pour la région : l’officier Pierre Savorgnan de Brazza remonte le bassin du Congo pour fonder Brazzaville en 1881. Le Portugal, qui s’appuie sur des traités antérieurs signés avec l’Empire Kongo, revendique une souveraineté sur ces mêmes territoires. Il passe le 26 février 1884 un accord avec le Royaume-Uni pour bloquer l’accès de l’océan Atlantique à l’Association internationale du Congo. Le Portugal conçoit alors l’idée d’une conférence internationale pour le partage de cette région. L’idée fut immédiatement reprise par l’Allemagne avec le chancelier Bismarck qui convoqua la Conférence de Berlin le 14 novembre 1884.

Bismarck se pose en médiateur de la crise, profitant de l’occasion pour affirmer un peu plus le rôle central de l’Allemagne dans le concert des nations. Quatorze puissances participent aux débats : Allemagne, Autriche-Hongrie, Belgique, Danemark, Empire ottoman, Espagne, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Pays-Bas, Portugal, Russie, Suède. Les peuples et les rois africains sont tenus à l’écart de toutes les discussions. La conférence présente un ordre du jour plus important que la simple question congolaise. On y parle principalement de la liberté de navigation et de commerce ainsi que des modalités d’installation sur les côtes.

Deux conceptions s’opposent. D’un côté, Bismarck entend garantir la liberté de navigation et de commerce dans toute la zone. De l’autre, le Portugal, soutenu par le président du conseil français Jules Ferry, conçoit les colonies comme un monopole commercial détenu par la métropole. Au final, la conférence établit une liberté de commerce étendue dans les bassins du Congo et du Niger, mis à part dans le domaine du transport d’armes.

Les frontières du nouvel État sont fixées : au total, Léopold II de Belgique reçoit, à titre personnel, deux millions et demi de kilomètres carrés qui deviendront plus tard l’État indépendant du Congo. Au nord-ouest de l’État ainsi formé, 500 000 km2 reviennent à la France (bientôt baptisé Congo-Brazzaville). La France se voit aussi attribuer la partie intérieure du Niger dont le Royaume-Uni contrôle le delta. Du côté allemand, on espère que les concessions territoriales faites à la France atténueront le ressentiment né de la perte de l’Alsace-Lorraine à la suite de la guerre franco-prussienne de 1870. Le Portugal abandonne ses prétentions au nord de l’estuaire du Congo, sauf en ce qui concerne l’enclave de Cabinda qui s’inscrit tout à fait dans ce cadre. Pour redonner vie à une économie métropolitaine asphyxiée, les nations d’Europe se tournent vers leurs colonies. Et légalise son dépeçage.

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Partie 4

Partie 5


Source : wikipédia.com

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video