• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] DONNET SISA NZENZO : « DEPUIS 60 ANS, L’AFRIQUE S’EST TROMPÉE »

[CULTURE] DONNET SISA NZENZO : « DEPUIS 60 ANS, L’AFRIQUE S’EST TROMPÉE »

Lorsque l’envie me vint, durant l’été 2011, d’écrire cet ouvrage « Depuis 60 ans, l’Afrique s’est trompée », j’avais pour but de manifester mon scepticisme vis-à-vis de l’issue réelle des révolutions arabes. En effet, ce qui arrivait à l’Afrique, en particulier au Maghreb, était une excellente chose, et je me réjouissais de voir des populations tenter de reprendre leur destin en main. En revanche, je craignais que ces sacrifices humains ne soient canalisés, et ensuite détournés, par des élites opportunistes au profit d’une autre cause, la leur. Et que la « révolution pour la dignité » ne puisse pas, à long terme, porter ses fruits.
Et c’est finalement ce qui s’est passé; les dirigeants africains, entre autres Mohamed Morsi en Égypte et Rached Ghannouchi en Tunisie, ont dans le meilleur des cas déçu leurs populations. Nous pouvons ajouter à cela d’autres pays d’Afrique, plus ou moins tombés dans le chaos: la Libye exposée à des fortes pressions internes, la Côte d’Ivoire où domine la justice des vainqueurs, le Centre-Afrique qui vient récemment de vivre un coup d’État, le Congo où le Président de la République, après avoir modifié le système électoral pour faciliter sa réélection, compte bien, et cela au risque d’une guerre civile, changer à nouveau la constitution, dans le but de rester au pouvoir aussi longtemps que possible, et enfin, le Mali en partie contrôlé par des terroristes et des islamistes radicaux.
Il est vrai que la communauté internationale a sa part de responsabilité dans les problèmes de l’Afrique et des Africains. Par contre, dire qu’elle est la seule responsable de cette tragédie humaine relèverait d’une extrême malhonnêteté intellectuelle. Si, dès les indépendances des pays africains, il y avait eu au pouvoir des gens intègres et consciencieux, il n’y aurait pas autant de souffrances dans chacun des pays africains, et ainsi, bien moins d’émigrations. La souffrance des Africains, qu’ils soient de la diaspora ou non, incombe d’abord et surtout à ses propres dirigeants.

Né le 25 Mai 1990 à Lubumbashi en République Démocratique du Congo, cet étudiant de licence en Administration Économique et Sociale à voulu nous faire partager son deuxième essai disponible aux éditions Mon Petit Editeur.

Source : monpetitediteur.com
http://www.monpetitediteur.com/librairie/auteur.php?id=1032

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook