• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] CARNAVAL DE RIO : DERNIÉRE NUIT AVEC HOMMAGE À LA VILLE ET À L’AFRIQUE

[CULTURE] CARNAVAL DE RIO : DERNIÉRE NUIT AVEC HOMMAGE À LA VILLE ET À L’AFRIQUE

L‘école de samba « Sao Clemente » a donné lundi soir le coup d’envoi des derniers fastueux défilés du carnaval de Rio de Janeiro, apothéose de la plus grande et torride fête populaire du monde.

« Je défile depuis 30 ans. Le carnaval est la plus grande joie de ma vie. J’attends toute l’année ce jour. Le plus beau c’est la joie de tous », déclare à l’AFP, Marco Ligorio, 54 ans, l’un des danseurs de l’école, déguisé en cavalier.
Sao Clemente a ouvert le bal avec un hommage à un artiste plasticien amazonien, Fernando Pamplona, considéré comme le grand innovateur du carnaval carioca, devant les 72. 500 spectateurs du sambodrome à 21H30 (lundi 23H30 GMT).

Après Sao Clemente, Portela entrera en piste en proposant une visite imaginaire des lieux touristiques de Rio avec le regard du surréaliste Salvador Dali, un hommage à la ville qui fêtera ses 450 ans le 1er mars.
Beija-Flor exaltera ensuite une Afrique « forte, joyeuse et colorée ». Toutefois, son financement a soulevé la polémique : Teodoro Obiang, l’homme de fer de la Guinée équatoriale – qui fait l’objet avec son fils d’une enquête pour corruption et blanchiment d’argent – aurait donné près de cinq millions de dollars à Beija-Flor pour parrainer le défilé, affirme le quotidien brésilien O Globo.

Le service de presse de Beija-Flor a affirmé à l’AFP n’avoir reçu « qu’un soutien culturel et des tissus importés » de Guinée équatoriale.

Puis viendra Uniao da Ilha, qui rendra un hommage à la beauté mais critiquera les exagérations, le culte du corps et la futilité.
L’école Imperatriz Leopoldinense exaltera aussi la culture afro-brésilienne et la lutte contre les préjugés avec un défilé intitulé « Axé, Nkenda ! Un rituel de liberté ».

La championne de 2014, Unidos da Tijuca, sera la dernière à passer, à l’aube. Elle rendra hommage à l’un des noms les plus populaires du carnaval de Rio, le « carnavalesco » (metteur en scène des défilés) d’origine suisse, Clovis Bornay.

Dans la nuit de dimanche à lundi, six écoles avaient déjà défilé, la plupart sous une pluie battante mais qui n’a découragé personne.

Dimanche, c’est « Mocidade Independente » qui a soulevé l’enthousiasme du sambodrome avec ses effets spéciaux, comme celui qui semblait incendier la robe de la porte-étendard de l’école.

Sur le thème « Que feriez-vous si le monde était sur le point de s’arrêter, qu’il ne vous reste qu’un jour à vivre ? Du shopping, de la gymnastique ou l’amour effréné pendant 24h ? », l’école a mis en scène un char représentant un love hôtel : une cinquantaine de personnes en mini cache-sexe simulaient des relations sexuelles hétéro et homosexuelles, en couple ou en groupe.

Loin du concours officiel, les irréductibles adeptes du carnaval de rue chantaient et dansaient encore dans les « blocos », éclusant des milliers de litres de bière.

L’école championne 2015 sera connue mercredi, au lendemain du Mardi gras, quand la « ville merveilleuse » qui abritera les jeux Olympiques de 2016 se remettra de tous ses excès.

Source : http://www.jeuneafrique.com/…/carnaval-de-rio-derni-re-nuit…

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video