BILAL, LE PREMIER MUEZZIN NOIR DE L’ISLAM

Bilal Ibn Rabah, plus connu sous le nom de Bilal Al-Habashi, fut l’un des premiers compagnons du prophète de l’islam, Mohammed, et le premier muezzin de l’islam. Il aurait été le premier noir et le premier esclave à se convertir à l’islam après son affranchissement par Abou Bakr.

Le premier adhân

À la fin de l’édification de la première mosquée, à Médina, il fallait appeler les fidèles à la prière. C’est donc en l’an I de l’Hégire, que la décision fut prise quant au moyen de rappeler aux croyants l’heure des prières. À ce sujet, l’envoyé de Dieu et ses compagnons passèrent en revue quelques procédés tels que l’usage du cor en vigueur chez les Juifs, ou de la cloche à la manière des Chrétiens. Les deux idées furent toutefois rejetées. La proposition avancée par Abd Allâh Ibn Zayd fut retenue : la voix.

Mohammed, qui avait remarqué la magnifique voix de Bilâl, le chargea de lever l’adhân. Flatté de l’honneur qu’il lui faisait, Bilâl s’exécuta avec empressement. Il grimpa sur le toit de la mosquée et lança le tout premier appel à la prière de sa plus belle voix. Sa prestation émut le prophète de l’islam et ses compagnons qui furent confortés dans leur choix et décidèrent que Bilal serait définitivement chargé de lever l’adhân. C’est ainsi que Bilal Ibn Rabah devint Bilal Al-Habashi, le premier muezzin de l’islam. En 623, à la bataille de Badr qui vit la victoire des Musulmans sur les polythéistes mecquois, il combattit et tua son ancien maître, Omayyah Ibn Khalaf. Ce fut encore lui que Mohammed chargea de lever le premier adhân de La Mecque, du haut de la Ka’aba, lors de leur entrée triomphante dans la ville. Quand la Ka’aba fut ouverte, seul Bilal eut le droit d’accompagner Mahomet à l’intérieur pour débarrasser ce lieu saint, construit par Adam et que Ibrahim (Abraham) avait reconstruit avec son fils aîné Ismaël après le Déluge, de toutes les idoles qui s’y trouvaient.

Plusieurs personnes jalousaient le rôle de Bilal, le racisme étant très présent dans le monde arabe, ce qui permit au prophète de travailler sur la mentalité de ses fidèles pour leur faire comprendre que la religion ne se limite pas à ces détails.

Après le décès du prophète, Bilal refusa de faire l’appel à la prière suite à plusieurs injustice faites sur le suc, il quitta la Mecque et partit à Damas.

Il revint neuf plus tard pour se rendre sur la tombe de Mohammed où il fit l’appel à la prière pour la dernière une fois.
Il retourna à Damas où il y fut enterré.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Commentaires

  1. […] souvent la figure de Bilal pour taire nos accusations de négrophobie chez les musulmans. (ndlr : Bilal est un esclave noir qui, après avoir été racheté et libéré par Abû Bakr, fut l'un des […]

Suivez-nous sur Facebook