• Accueil
  • >
  • CULTURE
  • >
  • [CULTURE] 1940-1943 LA FRANCE VAINCUE, LA GUADELOUPE ET LA MARTINIQUE SE SONT DÉBROUILLÉES SEULES

[CULTURE] 1940-1943 LA FRANCE VAINCUE, LA GUADELOUPE ET LA MARTINIQUE SE SONT DÉBROUILLÉES SEULES

An tan Robè – An tan Sorin

Durant la seconde guerre mondiale, la Guadeloupe (an tan Sorin) et la Martinique (an tan Robè) connurent, elles aussi, des temps très difficiles. C’était le temps de la restriction comme en Métropole. Avec le blocus continental, aucune denrée alimentaire n’arrivait de France. Il fallait se débrouiller avec les moyens locaux ce qui développa l’ingéniosité des Antillais.

La préoccupation majeure était de remplir les ventres affamés. On mangea beaucoup de racines (ignames, patates douces, dachines/madères, choux/malangas), de ti-figues/ti-nains, de poyos, de bananes plantain, de riz, de légumineuses (lentilles, pois boukoussou, pois savon/chousse …), de fruits à pain. Comme chair, il y avait la morue salée. La viande et le poisson étaient rares, réservés aux plus aisés.

Chacun possédait un petit jardin où était cultivé de quoi améliorer les repas : giraumons, gombos, épinards, piments, oignons-pays, ti-concombres, tomates, laitues …

Il n’y avait pas beaucoup d’huile qui était, comme beaucoup de denrées, rationnée. On en fabriquait donc avec la noix de coco sèche. Pour cela, on râpait la chair de la noix sèche, on en extrayait le lait auquel on additionnait un peu d’eau et on laissait reposer. On recueillait la matière grasse remontée à la surface et on la faisait bouillir avec un peu de sel jusqu’à évaporation de toute l’eau. Un dépôt se formait au fond de la poêle tandis que l’huile de coco remontait à la surface.

Parfois, lorsque l’on n’avait pas le temps de confectionner de l’huile de coco, on arrosait le manger directement avec du lait de coco ce qui relevait excellemment les aliments.

Les allumettes étaient rares, donc précieuses. Afin de les économiser, on ne laissait pas mourir son feu de bois ou de charbon. On l’entretenait précieusement, jour et nuit. Si malencontreusement il s’éteignait, avant de penser à craquer une allumette, on se dépannait chez une voisine (dont le feu était allumé puisqu’on en voyait la fumée) en lui empruntant quelques tisons. On transportait les braises dans une écale de noix de coco sèche ou un vieux morceau de poterie.

Pour avoir du sel, on faisait bouillir l’eau de mer jusqu’à évaporation. 10 litres d’eau donnaient environ 150 g de sel. Ce sel n’était pas de très bonne qualité et il donnait un léger goût amer aux aliments.

La farine-France (farine de froment venant de la mère patrie) était extrêmement rare et elle était remplacée par la farine de manioc faite avec le tubercule qui porte le même nom. On faisait également de la farine avec le fruit à pain.

Les gens qui vivaient au bourg ou qui vivaient au bord de la mer échangeaient des produits avec ceux qui avaient des jardins : du poisson et/ou de la morue contre des légumes, du lait ou encore du savon. C’était la grande période du troc.

Comme en Métropole, le marché noir s’était développé avec une flambée des prix.

Pour bénéficier de certaines choses, il fallait aller voir Monsieur le maire pour obtenir un bon. Par exemple, il fallait un bon pour obtenir du tissu (pour les vêtements de la rentrée des classes ou pour un pyjama pour une personne à hospitaliser).

On se fabriquait des chaussures avec la paille des cocotiers ou le caoutchouc de vieux pneus.

Avec certaines plantes, on fabriquait du savon pour laver le linge à la rivière. Avec le manioc, on faisait de l’amidon pour le linge : la moussache.

A l’école, les plumes en acier avaient été remplacées par des plumes de coq, de poule ou de canard, taillées en biseau. On fabriquait de l’encre avec le coeur du bois de campêche que l’on faisait bouillir ; on recueillait l’eau devenue violette. Les cahiers étant rares, on récupérait soigneusement le papier des sacs de ciment pour en faire pour les écoliers : les feuilles propres étaient découpées et cousues ensemble par le milieu. Pour apprendre à compter, on utilisait des souches de feuilles de cocotier coupées en petits morceaux. Chaque enfant devait avoir ses bûchettes, attachées par dizaine pour la leçon d’arithmétique dans son sac en toile.

On tressait la paille de canne pour en faire des chapeaux ou encore des tapis. Du karata, on tirait des lanières, de la ficelle ou du fil pour la couture. On récupérait le fil des sacs de farine pour tricoter, à l’aide de souches de coco en guise d’aiguille, des ceintures. La toile de ces mêmes sacs était utilisée pour confectionner des vêtements, des draps …

On fabriquait des timbales avec des boîtes de conserve sur lesquelles on soudait une anse. Une petite calebasse coupée en deux donnait deux kouï qui servaient d’assiette. Les grandes calebasses donnaient des grands kouï et on s’en servait pour tout. Il y avait un kouï pour chaque chose : un pour faire mariner le poisson, un pour la vaisselle, un pour l’amidon, etc.

Le soir, on s’éclairait de lampions fabriqués à partir de boîtes de conserve. Ces lampions dégageaient beaucoup de « noire fumée » qui salissait tout.

source: http://antanlontan.chez-alice.fr/antansor.htm

De plus

Les personnes qui parlent de la période 1940-1943 disent « an tan Sorin « , du nom du gouverneur (Constant SORIN) de la Guadeloupe de l’époque.
C’était une période assez particulière de l’histoire de la Guadeloupe où se mêlent la dissidence, le travail, la créativité, la débrouillardise, l’autosuffisance mais aussi, le rationnement, la pénurie.

« Pitit a manman, an tan sorin sété mizè » disait une grand-mère.

Né en 1901, Constant SORIN a une formation militaire (Saint-cyr 1923). Après une courte carrière militaire, il choisit l’administration civile (concours de l’inspection des colonies). Il arrive en Gpe en avril 1940. Sorin a été diversement apprécié selon le côté où l’on se place.

Pour la population, il symbolise la misère, le rationnement, bref la source de leurs problèmes quotidiens.D’autres (dont les dissidents ) lui reprocheront son ralliement à Vichy (en juillet 1940) et surtout la façon dont il appliquait, parfois avec rigueur et aveuglement, les directives de Vichy.

Cependant beaucoup reconnaissent que sous Sorin les gpéens s’étaient, nécessité oblige, remis au travail, développant comme jamais au- paravant leur créativité, leur courage et par conséquent leur production.

Sorin avait encouragé cette évolution comme le montre un discours publié au journal officiel du 14 mars 1942 intitulé :

Appel aux agriculteurs et aux industriels guadeloupéens.

L’évolution de la situation internationale me conduit aujourd’hui à vous mettre à nouveau en garde contre les dangers de la monoculture…

Avant de compter sur les autres, comptez sur vous-mêmes.

L’heure est venue de vous mettre courageusement au travail, et avec acharnement.

Il faut produire.

Hier vous avez fait un effort pour vos cultures vivrières et pour la culture du manioc…maintenez de toutes vos forces les cultures d’exportation à leur potentiel actuel, mais ne les développez pas. La prudence l’exige, car nul ne sait de quoi demain sera fait. Intensifiez au contraire les cultures de consommation. Que ce pays devienne, grâce à vous, un pays d’arachide et vous aurez votre huile, denrée de première nécessité. Plantez du ricin, plantez des cocotiers, et vous aurez votre savon. Plantez du sisal et vous aurez de la corde et de la ficelle…il s’agit aujourd’hui de la vie de votre pays et de son avenir.

Pour soutenir ce programme, Sorin prit plusieurs arrêtés comme par ex. celui interdisant l’abattage des arbres fruitiers (arbres à pain, manguiers etc).

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook