CUBA ENTAME UNE NOUVELLE HISTOIRE SANS LES CASTROS

En 1953 une révolution dirigée par Fidel Castro a conduit au renversement du régime pro américain de Fulgencio Batista en Janvier 1959. Ce fut le début d’une nouvelle ère pour la république de cuba. Une fois arrivé au pouvoir, Fidel Castro est devenu le symbole de la résistance à l’impérialisme américain. Depuis environ six décennies, la fratrie Castro est restée à la tête du pays. Fidel y est resté jusqu’en 2006 avant de mourir 10 ans plus tard. Depuis 2006, le pouvoir est resté dans les mains de son frère cadet Raúl.
Ce 19 avril, c’est une nouvelle histoire qui a démarré pour la république de Cuba, Raúl Castro a cédé officiellement le pouvoir à Miguel Díaz-Canel élu par les députés pour un mandat renouvelable de cinq ans, avec 603 voix sur 604, soit 99,83 % des suffrages. Ceci marque la fin de l’ère Castro.
Miguel Díaz-Canel, est né le 20 avril 1960 à Santa Clara. Il n’a donc pas connu la révolution menée par Fidel Castro et ayant mis fin au régime de Fulgencio Batista. L’homme a intégré le comité central du parti au niveau national en 1991. En 2009, il a été nommé ministre de l’Enseignement supérieur, puis en mars 2012, il est devenu l’un des vice-présidents du Conseil d’État. Le 24 février 2013, à la suite d’élections législatives, il devient premier vice-président du Conseil d’état, ce qui a fait de lui le numéro deux du gouvernement de Raúl Castro.
Si le parcours de Miguel Díaz-Canel au sein de l’exécutif est exemplaire, beaucoup de spécialistes de cuba doutent de sa gestion à la tête du pays. C’est le cas de Jaime Suchliki, directeur de l’Institut des études cubaines de l’université de Miami qui avait déclaré ceci:

Quand Raúl Castro ne sera plus président, ce sera une autre affaire. Díaz-Canel n’a pas de chars ni de troupes…reste donc à voir quelle serait la réalité de son pouvoir.

En effet, l’armée cubaine est la main la plus active de l’économie du pays et beaucoup doute que Miguel Díaz-Canel malgré qu’il soit un technocrate et bon gestionnaire ait du mal à exercer un véritable pouvoir d’état.
Néanmoins, pour qu’il puisse réellement diriger le pays, le parti unique et le Parlement ont préalablement voté des lignes directrices qui lui serviront de feuille de route. Ces lignes directives regroupent les orientations politiques et économiques à suivre d’ici à 2030..Miguel Díaz-Canel serait plus qu’un exécutant qu’un preneur de décision et pour l’instant ne dirigera pas le Parti communiste cubain. Raúl Castro dirigera le parti jusqu’en 2021.
Miguel Díaz-Cane a promis, préserver les acquis de la révolution et évoluer dans les réformes entamées par Raúl Castro.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook