• Accueil
  • >
  • POLITIQUE
  • >
  • CÔTE D’IVOIRE : OUATTARA ENTRETIENT TOUJOURS LE FLOU SUR LA PERSPECTIVE D’UN TROISIÈME MANDAT

CÔTE D’IVOIRE : OUATTARA ENTRETIENT TOUJOURS LE FLOU SUR LA PERSPECTIVE D’UN TROISIÈME MANDAT

Y aura-t-il un autre mandat pour le Chef de l’État ivoirien ?  À Abidjan, cette question est à l’esprit et aux bords des lèvres de plus d’uns. À quatorze mois de la prochaine présidentielle, l’atmosphère politique est plus que tendue en Côte d’Ivoire. L’histoire d’amitié qui liait les deux hommes forts du pays, Alassane Ouattara et l’un de ses prédécesseurs, Henry Konan Bédié, est pour ainsi dire terminée. Ce dernier se rapproche de plus en plus du Front populaire ivoirien (FPI) de Laurent Gbagbo qu’il a même récemment rencontré à Bruxelles. Les cartes de l’échiquier politique s’en trouvent ainsi rebattues.

La création du parti unifié a créé des tractations entre les figures marquantes de la politique ivoirienne. Le Parti démocratique pour la Côte d’Ivoire (PDCI), qui au départ devait faire partie de cette alliance, a finalement changé d’avis et se met en ordre de bataille pour faire barrage aux Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) en 2020.

La rivalité s’est fait ressentir lors des élections locales de décembre 2018 où l’on a eu a assisté à l’escalade de la violence dans plusieurs localités. Six personnes ont ainsi perdu la vie, les 13 et 16 décembre derniers. Ces évènements ont mis la puce à l’oreille au corps diplomatique qui, lors de la traditionnelle présentation des vœux au chef de l’Etat, a fait part de son inquiétude quant aux tensions. C’est d’ailleurs ce qu’exprime l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) à travers son analyse prospective sur la période de 2020, réalisé en 2015.

Selon le rapport de cette analyse, l’année 2020 est à la fois pleine de promesses et de dangers. Mais l’issue de cette période dépendra des choix du pouvoir en place. Cependant, le chef de l’État ivoirien se veut rassurant quant à ce qui va se passer durant cette année. À plusieurs reprises, lors des interviews et sortis politiques, il a tenu à apaiser les esprits des Ivoiriens. C’est dans cette veine qu’il a été procédé à la réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) le 31 décembre dernier. Chose qui toutefois ne satisfait pas l’opposition qui demande au président de faire preuve de transparence dans son mode de gouvernance.

La tension est de plus en plus palpable au fur et à mesure que les voix divergentes s’envoient des piques et se vilipendent sur les réseaux sociaux. L’utilisation des propos à caractère tribaliste sont une preuve que 2020 nous réserve son lot de surprise. Les citoyens ivoiriens eux sont sur leurs gardes et s’attendent au pire. Le suspense est à son comble : si les trois grands partis n’ont toujours pas désigné ceux qui vont leur représenter lors des échéances électorales à venir, tout le monde a le regard tourné vers le président Alassane Ouattara et ce qu’il fera.

H.D.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook