• Accueil
  • >
  • SANTÉ
  • >
  • Coronavirus: L’Afrique prend ses précautions!

Coronavirus: L’Afrique prend ses précautions!

Le Coronavirus ne cesse de faire des victimes. Notamment en Chine, où le décès (un de plus) du médecin ayant donné l’alerte du virus fait la Une de la presse mondiale. Le monde assiste donc impuissant face à ce fléau. L’Afrique quant à elle, envisage moins le pire mais prend ses précautions. 

L’épidémie du Coronavirus, détecté dans la ville de Wuhan en Chine, ne cesse de faire des victimes. Les mesures pour y remédier et éradiquer le virus sont étudiées dans les plus grands centres de recherche du monde. L’Afrique, à l’instar des autres continents, n’a jusqu’à lors enregistré aucun cas d’infection. Mais il n’en demeure pas moins que certains pays, ont décidé de rapatrier plusieurs de leurs ressortissants. C’est le cas par exemple de l’Algérie, du Maroc et de la Mauritanie qui ont rapatrié leurs ressortissants de la ville de Wuhan. Les mesures de précautions en vue de prévenir les risques de contamination ont tout de suite été prises.

Coronavirus au Sénégal: Macky Sall n’a pas les moyens de rapatrier ses compatriotes

Macky Sall dit « ne pas pouvoir « rapatrier ses compatriotes de Chine

Au Sénégal, le rapatriement n’est pour l’heure pas envisageable. Si la situation semble bien préoccuper les dirigeants sénégalais, il n’en demeure pas moins qu’il faut tout mettre en oeuvre pour préparer une opération d’une telle envergure. C’est en tout cas ce qu’a annoncé le président Macky Sall ce lundi 3 février à Dakar en marge de la cérémonie « de levée des couleurs » au palais présidentiel. Il a notamment évoqué « une logistique tout à fait hors de portée du Sénégal, [logistique pour laquelle] même les grands pays ont eu beaucoup de difficultés », sans préciser le coût d’une telle opération. Une situation plutôt compliquée pour le président sénégalais qui a pour mission de veiller à la sécurité des siens.

C’est d’ailleurs ce qu’a fait remarquer le responsable de l’association des étudiants sénégalais en République populaire de Chine (AESC). Ce dernier se dit « surpris de la décision du président Macky Sall. Il est de sa responsabilité de veiller à la sécurité de ses citoyens, sur le territoire comme à l’extérieur. » Interrogé par nos confrères de Jeune Afrique, le président de l’AESC, Cisko Bécaye, a demandé le rapatriement de 13 étudiants sénégalais de Wuhan.

Une décision incompréhensible

De ce refus de rapatriement, prétextant un manque de logistique, s’en est suivie une vague d’indignation. Si l’Etat dit ne pas disposer de moyens sécuritaire et sanitaire adéquats pour rapatrier les treize étudiants de Wuhan, il assure néanmoins les accompagner financièrement.

Un décision qui ne satisfait visiblement pas les parents des étudiants confinés à Wuhan. C’est lors d’une conférence de presse tenue mercredi dernier, qu’ils ont exigés leur rapatriement immédiat. « On ne peut pas comprendre qu’un chef de l’État s’adresse à la nation pour dire que la République n’a pas les moyens de rapatrier 13 étudiants. Cela nous a fait un choc terrible. Nous nous sommes réunis avec le secrétaire d’État chargé des Sénégalais de l’extérieur qui nous a fait que des promesses vides « nous allons mettre en place une cellule… ». Ce n’est pas ce que nous demandons », a déclaré Abdoulaye Sall, père d’un étudiant en génie civil à Wuhan.

La Guinée Equatoriale fait un don à la Chine,  un camerounais infecté dans la région de Hubei…

Le président Obiang Nguema de la Guinée Equatoriale a fait un don de plus d’un Milliard de francs CFA à la Chine pour lutter contre le virus

Tandis que le Sénégal se plaint de ne pas pouvoir trouver les moyens pour rapatrier ses ressortissants, la Guinée Equatoriale opte pour le soutien. En effet depuis l’annonce de l’épidémie du Coronavirus, plus de 25 000 personnes ont été diagnostiquées infectées par le virus. La majorité en Chine. Aux faits de cette situation, la Guinée Equatoriale  a annoncé faire un don de 1,8 million d’euros (1,180 Milliards de FCFA)  à la Chine afin de l’aider à faire face à l’épidémie de coronavirus. Décidé en conseil des ministres, ce don est une marque de «soutien et de solidarité à la Chine» selon le gouvernement équato-guinéen.

 

 

 

Un camerounais infecté du Coronavirus à Jingzhou

Kem Senou Pavel Davy, un Camerounais âgé de 21 ans, qui étudie à l’université de Yangtze, un établissement situé dans la région de Hubei, l’épicentre de l’épidémie, a lui aussi été contaminé. Au pays, c’est la panique, notamment au sein de sa famille. « Nous avons eu connaissance du cas de ce Camerounais de Jingzhou qui a contracté le virus », a confirmé mardi Wang Yingwu, l’ambassadeur de Chine au Cameroun, lors d’une conférence de presse organisée pour tenter de calmer la vague d’inquiétudes qui montait depuis plusieurs jours parmi les proches de ressortissants camerounais vivant en Chine. « Il est hospitalisé, il suit un traitement convenable et il est sous surveillance médicale. On suit l’évolution des symptômes qui se sont manifestés », a par ailleurs affirmé l’ambassadeur.

Une sortie peu rassurante pour les parents du jeune Kem. Les parents s’inquiètent notamment du mutisme des autorités camerounaises, qui ne semblent pas prendre le problème très au sérieux. Pour eux, le gouvernement se refuse de communiquer et ce n’est pas pour arranger les choses.

Des mesures sécuritaires en Afrique mais aucune alerte sur le continent

Dans les aéroports au Sénégal, les vols en provenance de la Chine sous haute surveillance

L’Afrique est résolument sur le pied de guerre. Dans les aéroports rien ni personne n’est épargné. Un situation qui a un impact tant sur le plan sanitaire qu’économique. La Chine est considérablement mise en « quarantaine » et ce jusqu’à nouvel ordre. Dans les laboratoires comme c’est le cas à l’Institut Pasteur au Sénégal, tout est fait pour trouver des solutions. L’Institut Pasteur veut donc former les laboratoires à utiliser les tests à disposition qui reposent sur l’ADN du virus et permettent de le dépister avec certitude, comme l’explique le docteur Amadou Alpha Sall, directeur de l‘Institut Pasteur de Dakar.

Les scientifiques de l’Institut Pasteur de Dakar à pied d’oeuvre dans les laboratoires

En marge du sommet de l’UA qui doit se tenir prochainement à Addisabeba, la situation du Coronavirus, n’est vraisemblablement pas prise à la légère sur le continent. Ce point étant inscrit à l’ordre des échanges inter-Etats de l’Union.

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Journaliste-Reporter, Rédacteur, blogueur, Réalisateur et écrivain gabonais de 28 ans. Célibataire et sans enfants.

  • facebook
  • twitter
  • linkedIn
  • vimeo
  • youtube
  • instagram

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video