LE CONGO RÉCLAME SON PATRIMOINE À LA BELGIQUE

Au musée belge de Tervuren, plus de 120 000 œuvres d’art congolais pillées par la begique sont exposés. Parmi ces œuvres d’art, se trouve le baton d’Ishango, mémoire mathémqtique du Congo qui date d’environs 9000 ans. Ces objets d’art font de ce musée l’un des plus grands musée colonial d’Europe. Ce musée attire un nombre très important de touristes et même parfois des congolais qui se déplacent vers la Belgique pour visiter ses œuvres.

Mais ces œuvres d’art qui font la fierté de la Belgique ne font nullement partie du patrimoine culturel de la Belgique. Elles ont été conçues par les fils du Congo avant qu’elles ne soient pillées par la Belgique colonisatrice comme les objets d’art du bénin pillés par la France et qui font le prestige de plusieurs musées comme celui du Quay Branly.

En plus de ces objets d’art congolais se retrouvant sur le sol belge, s’ajoutent les crânes des congolais qui ont été décapités par la Belgique du roi Lépold II, le barbare pour qui le Congo et ses fils et filles étaient sa propriété. Ces crânes qui sont aujourd’hui à l’université libre de Bruxelles sont ceux des congolais qui ont été décapités et torturés par les belges pour avoir refusé la colonisation.

Aujourd’hui, dans une pétition, plusieurs associations, universités et des membres de la société civile congolaise réclament le retour de ces œuvres d’art et de ces crânes au Congo. Car il n’est pas normal que ce qui revient de droit au fils et filles du Congo se retrouve hors du pays et hors du continent africain pour créer de la valeur ajoutée à l’ancienne colonie et du fait oblige les propriétaires à débourser pour se déplacer à des milliers de kilomètres avant de pouvoir se ressourcer.

Même si les autorités du Congo ne se sont pas encore penchées sur la question, le pays est en train de rejoindre ainsi le cercle des pays qui exigent le retour de leur patrimoine culturel et historique sur la terre de leurs créateurs.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook