COBALT, LE NOUVEAU BUSINESS DE BILL GATES

Une coalition de milliardaires dirigée par Bill Gates a mis son poids financier derrière une start-up dans l’espoir de créer une « carte géographique pour la croûte terrestre » afin de rechercher de nouvelles sources de cobalt.

Des milliardaires à la conquête du cobalt

La start-up, Kobold Metals, utilise des algorithmes de traitement de données pour parcourir le globe à la recherche de cobalt. Il y a fort à parier que d’importantes sources non découvertes du métal, qui est devenu l’un des produits les plus en vogue du monde, grâce à son utilisation dans les batteries de véhicules électriques.

La société a recueilli des fonds auprès de la société de capital-risque Andreessen Horowitz de la Silicon Valley, et de Breakthrough Energy Ventures, un fonds financé par Gates, et d’une douzaine d’autres magnats, dont Jeff Bezos, Ray Dalio et Michael Bloomberg, propriétaire de Bloomberg LP, société mère de Bloomberg News.

Kobold Metals parie qu’il sera capable de trouver de nouvelles sources de métal en utilisant ce qu’il appelle « la prospection par machine ». La société est en train de construire une base de données géologiques qu’elle intègre ensuite dans un algorithme, à la recherche de signaux indiquant la probabilité d’une concentration accrue de cobalt.

« Ce que nous construisons, c’est fondamentalement Google Maps pour la croûte terrestre et au-dessous », a déclaré Connie Chan, partenaire chez Andreessen Horowitz.

Surapprovisionné, mais pas pour toujours

Kurt House, président-directeur général de Kobold Metals, estime que cette approche pourrait aboutir, car les sociétés minières ne se sont généralement pas concentrées sur la recherche de cobalt.

Ce métal est un sous-produit de l’extraction du cuivre ou du nickel dans toutes les mines de cobalt du monde, sauf un, et plus des deux tiers de l’approvisionnement mondial provient de la République démocratique du Congo.

« Les gens n’ont tout simplement pas cherché ce genre de choses », a déclaré House. « Il n’existe que très peu d’explorations en dehors de l’exploitation des gisements de nickel et de cuivre ».

Kobold Metals, basé à Berkeley, en Californie, a déjà acquis plusieurs propriétés en Amérique du Nord, où il espère explorer le cobalt, et envisage de créer une douzaine de sites de ce type d’ici la fin de l’année.

Le prix du cobalt a connu une course folle ces dernières années.

 

Kurt House ne divulguerait pas le montant des fonds levés ni la valorisation de l’entreprise, affirmant seulement que Kobold Metals disposait de « bien plus de quatre années de capital à l’heure actuelle ».

La société basée dans la région de la baie de San Francisco n’est pas la seule à espérer capitaliser sur la croissance de la demande de cobalt tirée par la révolution des véhicules électriques. Le prix du métal a plus que quadruplé de 2016 à l’année dernière, ce qui a entraîné une vague de nouveaux approvisionnements de la part de mineurs tels que Glencore Plc et Eurasian Resources Group Sarl, ainsi que de petits creuseurs au Congo.

En conséquence, les prix ont chuté de 64% au cours des 10 derniers mois. À plus long terme, Darton Commodities, une maison de commerce compilant des données sur le secteur, indique qu’il existe plus de 50 projets d’exploration de cobalt, principalement en Australie et au Canada.

« Un peu de cobalt sera toujours bon »

Et les fabricants de piles travaillent pour réduire la quantité de cobalt dans leurs piles ou pour l’éliminer complètement. House a déclaré ne pas être impressionné par ces efforts, affirmant que les propriétés physiques du cobalt signifiaient que si son entreprise pouvait contribuer à garantir des approvisionnements abondants et peu coûteux, elle pourrait aider à convaincre les fabricants de batteries de ne pas remplacer le métal.

« Vous pouvez absolument fabriquer des batteries vraiment bonnes sans cobalt – aucun doute que vous puissiez le faire », a-t-il déclaré. Mais « un peu de cobalt sera toujours bon ».

Alors que les grandes sociétés minières expérimentent déjà le traitement des données à grande échelle, House a déclaré que leurs efforts visaient principalement à améliorer les opérations. Par exemple, en 2016, Barrick Gold Corp. s’est associée à Cisco Systems Inc. pour analyser les données en temps réel de ses mines afin d’améliorer leur efficacité.

Kurt House a déclaré que la société chercherait à attirer d’autres investisseurs, y compris potentiellement ses bailleurs de fonds actuels, dépôt par dépôt, une fois qu’elle aurait identifié un projet intéressant. « Nous n’avons pas l’intention de devenir exploitant de mines », a-t-il assuré.

Ian Pearce, directeur de Kobold Metals et ancien responsable du nickel chez Xstrata Plc, a déclaré que la société utilisait la technologie différemment des sociétés minières établies.

« Vous entendez beaucoup de discussions dans le secteur minier sur les données et l’ère numérique », a-t-il dit avant d’ajouter : « Lorsque j’ai examiné certaines des méthodes utilisées par ces scientifiques pour analyser les données et assembler des modèles, je n’ai jamais rien vu de tel ».

NN

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook