• Accueil
  • >
  • CINÉMA
  • >
  • [CINÉMA] TIMBUKTU : UN MILLION D’ENTRÉES EN FRANCE.

[CINÉMA] TIMBUKTU : UN MILLION D’ENTRÉES EN FRANCE.

 

Le grand oublié du Festival de Cannes 2014 prend une belle revanche. Dimanche 8 mars au soir, «Timbuktu» d’Abderrahmane Sissako, le réalisateur mauritanien, produit par Sylvie Pialat, a franchi le cap du million de spectateurs en France, trois mois après sa sortie dans les salles.

Alors qu’avant les César le film était proche des 800 000 entrées dans l’Hexagone, les sept récompenses qu’il a obtenues le 20 février ajoutées à sa nomination aux Oscars américains pour le meilleur film étranger, ont permis à «Timbuktu» de passer ce cap symbolique du million. Ce qui n’allait pas de soi pour ce long métrage qui aborde un sujet difficile, la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes.

« C’était une urgence pour moi de raconter le drame de notre pays, le drame surtout de la ville de Tombouctou, qui a été prise en otage par des jeunes avec des valeurs qui ne sont partagées ni dans le pays, ni dans la sous-région, ni dans l’islam tout simplement» a expliqué ce week-end Abderrahmane Sissako, à Ouagadougou au Burkina Faso, où il présentait son film.

«En quelque sorte, c’est aussi l’islam qui est pris en otage par ces gens, déplore le réalisateur. C’est la dignité humaine qui est défendue à travers les gens de Tombouctou. Faire un film sur la résistance pacifique, c’est important parce que ça met en valeur des gens qui se sont libérés. Car la libération de Tombouctou, ce n’est pas que Serval (l’opération militaire française qui a libéré le nord Mali des djihadistes, ndlr). Elle a été aussi faite par celles et ceux qui, de façon parfois silencieuse, ont bravé la mort pour arriver à cette libération parce qu’ils y croyaient. Ils y croyaient parce que Tombouctou est un creuset de valeurs humanistes qui ne peuvent être tuées par ces gens venus d’ailleurs. J’ai joué mon rôle, je ne suis ni courageux ni autre chose.».

Sissako, qui a été beaucoup critiqué pour avoir accepté le poste de conseiller culturel auprès du président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, a aussi réagi. «Pour moi, ce n’est pas une polémique. Ma légitimité en tant que personne, au-delà des fonctions que j’occupe, ne se justifie pas à travers des articles de presse. Mon peuple accepte ma fonction, mon pays l’accepte, c’est le plus important pour moi. Je l’assume et le fais.»

 

Source : http://www.msn.com/fr-fr/divertissement/topnews/un-million-d%E2%80%99entr%C3%A9es-en-france-pour-%C2%ABtimbuktu%C2%BB/ar-AA9yYa1?ocid=mailsignoutmd

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook