LA CHAÎNE FRANCE Ô N’EXISTERA PLUS D’ICI 2020

Dans l’optique de réaliser une économie de 190 millions d’euros dans le secteur de l’audiovisuel public, le gouvernement a annoncé le jeudi 19 juillet dans un communiqué que le canal hertzien de France Ô sera libéré d’ici 2020.

Le gouvernement français a mené une mission de concertation pour décider du sort de la chaîne France Ô. Les conclusions de cette mission de concertation ont permis au gouvernement de considérer que l’organisation actuelle du service public audiovisuel ne permet pas de donner la visibilité nécessaire aux territoires ultramarins et à leurs habitants. La chaîne France Ô dont l’audience reste encore trop confidentielle, ses programmes traitant de l’Outre-mer seront ainsi intégrés au sein de la programmation de l’ensemble des autres chaînes de France Télévisions. Toutefois, le gouvernement assure qu’une amélioration très significative de la visibilité des outre-mer se fera dans les programmes à forte audience des chaînes de France Télévisions.

Dans son communiqué, le Premier ministre a justifié son choix : « La représentation des territoires et des habitants ultramarins doit trouver sa juste place au sein de l’audiovisuel public, non pas à la périphérie – comme c’est le cas aujourd’hui à travers la chaîne France Ô dont l’audience reste encore trop confidentielle, mais par une intégration au sein de la programmation de l’ensemble des autres chaînes de France Télévisions. » Toujours selon le communiqué, la représentation se fera par des engagements de programmation chiffrés et mesurables, qui seront présentés par France Télévisions et intégrés dans son cahier des charges et dans sa feuille de route stratégique.

En plus, le budget de France Télévisions consacré à la coproduction de programmes ultramarins (10 millions d’euros) sera préservé. Ces économies se répartiront à hauteur de 160 millions pour France Télévisions et 20 millions pour Radio France. Les 10 millions restants seront à la charge des autres groupes du service public audiovisuel, à savoir ARTE, l’Institut national de l’audiovisuel (INA), TV5 Monde et enfin France Médias Monde (maison mère de France 24 et RFI). Selon les précisions du ministère de la Culture, Pour 2019 l’effort à réaliser sera de 35 millions, dont 25 millions d’euros à la charge de France Télévisions.

 

KHOUDIA  GAYE

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook