CASTER SEMENYA N’A PAS LE TEMPS POUR LES CONNERIES

Un petit conseil, ne cherchez jamais l’athlète sud-africaine Caster Semenya, ni sur la piste, ni ailleurs. Car, de la manière qu’elle a l’habitude de ridiculiser ses adversaires dans les couloirs de compétitions, de part ses performances incroyables, c’est de cette même manière qu’elle pourrait vous récupérer hors compétition.

Cela fait environ une semaine déjà que le grand meeting de la diamond league s’est déroulé à Doha. Au cours de cette célébration, l’on pouvait voir des athlètes comme l’ivoirienne Marie-Josée Ta Lou (meilleure performance mondiale 2018), le sauteur quatari Essa Barshim, mais aussi la sprinteuse sud-africaine Caster Semenya. Cette dernière étant de nouveau sous le feu des projecteurs avec la nouvelle loi de l’IAAF, la Sud-Africaine s’est montrée autoritaire tant sur le tartan que devant les micros.

La jeune femme n’était pas d’humeur quand les journalistes ont attiré son attention sur ce qui fait polémique actuellement, c’est-à-dire, la mise en place d’une réglementation par l’IAAF, pour les athlètes hyper-androgènes. Elle n’a pas cherché loin avant de leur balancer : « Je ne parle pas de ces conneries »:

Si avec cette réponse aussi claire que sèche, nous avons la preuve que la sprinteuse de 27 ans ne parle pas trop et qu’elle s’exprime encore mieux avec ses pointes aux pieds, c’est juste avant cette interrogation ce vendredi 4 mai 2018 que Semenya avait déjà brillé en signant le meilleur chrono de 2018 sur 1500 m (3’59″92) et un record national.

La décision de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), obligeant désormais tout athlète, à partir du 1er novembre 2018, à faire baisser son taux de testostérone pour pouvoir participer aux compétitions entre le 400 m et 1000 m, tôt ce matin du vendredi, avant les hostilités du soir, l’IAAF, par la voix de son président Sebastian Coe, avait déjà défendu ces nouvelles règles bientôt en vigueur.
« Les règlements sont très clairs et ils sont le fruit de 15 années de travail, scientifiquement validés. C’est une réponse à une question très précise qu’on nous posait et qui concernait l’amélioration de la performance liée à la testostérone. Ces 15 années de travail ont suffi à convaincre le Conseil de l’IAAF que ces règlements sont appropriés pour le sport », avait déclaré le dirigeant britannique.

Juste après son doublé 800-1500 aux Jeux du Commonwealth en Australie, Semenya avait débarqué à Doha pour prouver une fois encore sa suprématie, mais nous a quand offert un bonus de part sa réponse choquante sur cette polémique qui aurait pu la déstabiliser, même si nous savons tous que rien ne sape le moral de la guerrière zoulou.

VINCINQ ZEROWIT

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook