• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • POUR SA CAMPAGNE CONTRE LE PALUDISME, BECKHAM « PARLE LE SWAHILI ET LE YORUBA »

POUR SA CAMPAGNE CONTRE LE PALUDISME, BECKHAM « PARLE LE SWAHILI ET LE YORUBA »

L’ancien footballeur anglais David Beckham n’est pas connu pour ses talents de polyglotte, mais il dirige une nouvelle campagne antipaludique dans laquelle il semble parler neuf langues. Dans un court-métrage publié mardi, il s’exprime sur la lutte contre le paludisme et, à travers la caméra et la technologie informatique, semble parler le swahili, le kinyarwanda, l’arabe et le yoruba, entre autres.

L’appel de Beckham

Dans un nouveau film produit par Ridley Scott Associates Amsterdam et R / GA London et utilisant la dernière technologie d’intelligence artificielle développée par Synthesia, l’ambassadeur de longue date du paludisme, David Beckham, parle neuf langues pour amener les dirigeants mondiaux à écouter son message visant à mettre fin à cette maladie mortelle en Europe. Une campagne organisée en préparatifs de la conférence du Fonds mondial sur la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme en octobre.

« Il est inacceptable que le paludisme tue encore un enfant toutes les deux minutes, alors ajoutez votre voix à la pétition », déclare l’ancien footballeur de 43 ans.

« Après une année de progrès passionnants dans la lutte contre le paludisme, nous sommes de retour plus fort que jamais avec la première pétition mondiale contre le paludisme. Nous avons besoin du plus grand nombre de voix possible pour parler et rejoindre l’appel de Beckham », peut-on lire dans le manifeste de la campagne « Malaria Must Die » (le paludisme doit mourir).

« Une action politique forte est nécessaire »

Selon la fondation, « c’est un moment crucial dans la lutte historique contre la plus vieille maladie du monde ». « Notre objectif est de faire clairement comprendre qu’une action politique forte est nécessaire par le biais d’une pétition puissante et unifiée », indique le communiqué.

En octobre prochain, les dirigeants mondiaux prendront des décisions cruciales lors de la conférence du Fonds mondial, qui représente plus de la moitié du financement total consacré à la lutte contre le paludisme.

Ses lèvres et son visage vont dans le bon sens, mais les voix que vous entendez appartiennent aux survivants du paludisme. Les organisateurs espèrent que les gens du monde entier se connecteront et ajouteront leur voix.

La « pétition vocale » qui en résulte, comme ils l’appellent, servira à faire pression sur les dirigeants mondiaux alors qu’ils se préparent à prendre des décisions concernant le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Stéphane BAI

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook