• Accueil
  • >
  • SOCIÉTÉ
  • >
  • CAMEROUN: DES SERVIETTES BIO POUR LIMITER L’ABSENTÉISME DES FILLES !

CAMEROUN: DES SERVIETTES BIO POUR LIMITER L’ABSENTÉISME DES FILLES !

Tous les mois, la chaise de Tanous, 13 ans, reste désespérément vide durant quatre jours. « Même quand il y a composition (…) si je vais à l’école, le sang peut salir mes habits et on va se moquer de moi. » Comme elle, par ignorance ou manque d’argent pour acheter des serviettes hygiéniques, de nombreuses jeunes Camerounaises désertent les classes durant leurs règles. Au cours de cette période, elle découpe de vieux vêtements jetés, ou des touffes d’herbes fraîches et des morceaux de feuilles de bananiers, comme le lui a appris sa mère. Elle les change « de temps en temps, mais le sang finit toujours par salir ses vêtements. Des protocoles, que la jeune Tanous aurait pu remplacer par des serviettes hygiéniques. Mais à l’évoque de ce mot, Tanous réplique, « De quoi s’agit-il ? Je ne connais pas ça. »

Incroyable ! Mais pourtant vrai. Aujourd’hui, en Afrique, il existe des jeunes filles qui n’utilisent des serviettes hygiéniques. Pour deux raisons : soit elles ne disposent pas d’assez de moyens pour s’en acheter, soit, elles n’en connaissent pas l’existence tout simplement. Mais pour y remédier, KmerPad a mis en place des serviettes hygiéniques écologiques et économiques. Le groupement d’initiative commune (GIC) créé en 2011, par Olivia Mvondo Boum II et quelques-uns de ses amis, fabrique et commercialise des serviettes lavables et réutilisables. Une initiative qui semble ravir de nombreuses femmes, qui ont testé cette serviette hygiénique.

« J’avais des démangeaisons. Je pensais ne jamais trouver de serviettes qui me conviennent. Mais un jour, au cours d’une foire en 2015, j’ai découvert ces serviettes lavables et j’ai acheté le kit. Avant, j’achetais tous les mois des serviettes à 600 francs CFA. En deux ans, j’ai économisé 11 400 francs CFA», avait témoigné une utilisatrice des serviettes lavables, fabriquées par KmerPad. Si les produits de la GIC coûtent plus cher (3000 francs) que les produits courants (serviettes jetables), elles sont toutefois utilisables pendant deux ans. En phase d’expérimentation depuis 2014, aujourd’hui les femmes camerounaises sont plus enclines à utiliser les serviettes lavables. « A la fin, elles étaient, pour la plupart, satisfaites de ce moyen de protection, notamment du fait de son caractère économique. Car bien qu’on l’achète un peu plus cher, on l’utilise pendant un an et plus, contrairement aux serviettes jetables qu’on doit renouveler tous les mois », a commenté Olivia Mvondo Boum II.

KamerPad se développe tout doucement, dans sa quête de solution pour réduire le taux d’absentéisme des jeunes filles scolarisées au Cameroun. « Aujourd’hui, nous produisons entre 40 et 50 kits par jour. Entre 30 000 et 40 000 serviettes ont été fabriquées depuis 2014. Elles sont utilisables pendant deux ans. Hormis les boutons et les étiquettes, tout est fabriqué au Cameroun. (…) Notre but est d’encourager plus de filles à les utiliser et à ne plus manquer les cours. Lors de nos ventes, nous en profitons aussi pour les conseiller, car il faut démythifier les règles », souligne Olivia Mvondo Boum II.

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook