BRICS: L’AFRIQUE À L’HONNEUR

Le 9 ème sommet des BRICS, les cinq pays émergents que sont le Brésil, la Russie, l’Inde, la chine et l’Afrique du sud, s’est ouvert ce week-end avec une énième fois, la mise en avant, ou plutôt au centre, du continent africain. Un choix qui s’explique bien évidemment par le fait qu’en l’état, l’Afrique est le continent du présent et surtout, de l’avenir, celui offrant le plus de perspectives, de potentialités de développement et de dynamisme.

Pour ce faire, le sommet qui se tient dans la ville de Xiamen en Chine a vu la participation de deux pays africains, exception faite de l’Afrique du Sud déjà membre des BRICS. Ces pays sont la Guinée et l’Égypte.

Les BRICS ont à coeur de s’établir économiquement de façon durable sur un continent ayant pour partenaire économique privilégié le bord occidental. Pour s’imposer sur le continent, les BRICS ont d’ailleurs mis en place une banque de développement des pays émergents (NBD). Le but de cette institution, contrecarrer les institutions financières internationales sous contrôle occidental que sont le FMI et la Banque Mondiale.

Cependant il faut dire que ce désir de se défaire des partenaires traditionnels ne doit pas être fait au détriment des intérêts africains. Si les BRICS ont pour objectif d’exploiter toutes opportunités favorisant leurs croissances et leurs positions dans le concert des nations, l’Afrique doit pouvoir garder en ligne de mire que la relation « gagnant-gagnant ».

Ce partenariat Sud-sud constitue tout de même une véritable chance pour le continent. En effet à l’heure où les relations afro-occidentales sont frappées du sceau du neo-colonialisme, les BRICS offre une véritable alternative, des relations décomplexées, loin de tous diktats ou élans paternalistes. Pour la seule année de 2015, les BRICS représentent 22,53% du PIB mondial en 2015 et ont contribué à plus de 50% de la croissance mondiale au cours des dix dernières années. ‎

NegroNews ‎‎

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook