BOLLORE RÉAGIT ET CHERCHE À EMBROUILLER

Depuis sa mise en examen pour des soupçons de corruptions dans ses activités en Afrique, Vincent Bolloré a pour une première fois réagi. Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche, l’homme affirme n’être victime de rien d’autres que de la mauvaise communication visant à présenter l’Afrique comme un lieu de corruption et de mal gouvernance par excellence.

 En raison de campagnes véhiculant des informations fausses ou malveillantes, l’Afrique est considérée comme une terre de non-gouvernance, voire de corruption avec des chefs d’État décidant seuls d’accorder des contrats mirobolants à des financiers peu scrupuleux.

A écrit le milliardaire français, avant de continuer dans un questionnement et une affirmation qui a besoin d’être plus explicite, car elle contredit toute la vérité que l’on sait sur cette affaire.

Comment imaginer que des dépenses de communication de quelques centaines de milliers d’euros, comptabilisées en toute transparence avec un groupe de communication de taille et de réputation mondiale, aient déterminé des investissements de centaines de millions d’euros pour des opérations portuaires ayant fait l’objet d’appels d’offres internationaux ?  D’autant plus que ces opérations ont été réalisées dans un cas, deux ans, dans l’autre, 9 ans avant les élections de personnalités présumées corrompues

À la suite de ces affirmations, l’on se demande si le sieur Vincent Bolloré possédait toutes ses facultés en affirmant cela. Quand l’on sait que c’est après l’élection d’Alpha Condé que le groupe Bolloré a obtenu de manière frauduleuse la concession du port de Conakry et qu’un scénario presque identique s’est produit au Togo.
La garde à vue, a-t-elle eu des conséquences sur la santé mentale de Bolloré ?
L’homme déclare ensuite ceci :

Je crois que dans un avenir proche, la France aura plus besoin de l’Afrique que l’inverse. J’espère que la France des Lumières que j’aime va ouvrir les yeux sur l’Afrique que je connais .

Mais la France n’a-t-elle pas toujours eu besoin de l’Afrique que l’inverse ? Cette réponse est facile à trouver quand l’on maîtrise juste le fonctionnement du franc CFA sans revenir aux richesses du continent dont profite la France des lumières depuis des décennies, comme l’ont reconnu certains présidents français notamment Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac, qui ont respectivement déclaré ceci:

 La France ne peut pas permettre que ces anciennes colonies créent leur propre monnaie pour avoir le contrôle total sur leurs banques centrales. Si cela se produit, ça sera une catastrophe pour le trésor public qui pourra entraîner la France au rang de 20ème puissance économique mondial. Pas question de laisser les colonies françaises d’Afrique avoir leur propre monnaie.

et

Une grande partie de l’argent qui est dans notre porte-monnaie…vient de l’exploitation de l’Afrique.

La France a toujours eu besoin de l’Afrique et ce n’est nullement exagéré d’affirmer que la France vit parce que l’Afrique existe.

Dah Minwicodji

 

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook