BOBI WINE: L’HOMME QUI DÉRANGE LE POUVOIR EN OUGANDA

Appelé par ses fans ‘’ghetto président’’ qui veut dire littéralement ‘’président du Ghetto’’, ce jeune homme qui a grandi dans une des bidonvilles de Kampala précisément du centre est resté fidèle à ses idéaux malgré son engagement en politique. Connue sous le nom d’artiste Bobi Wine, Robert Kyagulanyi Ssentamu alias Ghetto Président s’est fait connaître au public grâce à ses compositions musicales inspirées de l’Afrobeat et du Reggae.

Depuis plus de 15 ans, l’homme utilise sa musique pour exposer sa vision du monde en général et de son pays en particulier. Conscient du fait que juste dénoncer ne changera pas réellement les choses, le président du ghetto s’est lancé en politique avec peut être comme objectif de changer le ghetto pas Ouganda, en devenant président de l’Ouganda.

Mais pour le moment, l’homme âgé de 36 ans a quelques soucis. Devenu député au cour des législatives partielles dans le quartier périphérique de Kampala précisement à Kyadondo Est, depuis environ un an, l’homme est devenu une figure incontournable de la politique nationale et figure majeure de l’opposition. L’homme manifeste un désir ardent de voir celui qui a passé 40 ans de sa vie au pouvoir et qui y était avant sa naissance, laisser le fauteuil présidentiel. Ce qui fait de lui l’un des ennemis numero 1 du président Yoweri Museveni, qui est prêt à tout pour qu’on ne lui attribue pas le mot ex-président.

Le 14 août dernier, Bobi Wine a été arrêté pour possession d’armes à feu . Mais pour ses supporters, cette arrestation est purement politique et, ils ont clamé la libération de leur leader et ceci par des manifestations populaires qui ont même dépassées les frontières du pays. Le monde artistique n’est pas resté indifférent. C’est ainsi qu’une pétition lancée par le manager de Fella Kuti, Rikki Stein a reçu un écho favorable de la part des grands noms de la musique africaine tel que la béninoise Angelique Kidjo.

Sous la pression populaire, les charges de possession d’armes à feu ont été levées à son encontre et il a été libéré sous caution ce lundi, en attendant de comparaitre ce 30 août pour trahison au même titre qu’une trentaine d’opposants. Tous accusés d’avoir ochestré des jets de pierres contre le convoi du président. Cette accusation est passible de la peine de mort en Ouganda.

Peut-être que le destin de Bobi Wine est de quitter la prison pour le palais de la présidence. En attendant les regards sont tournés vers le 30 pour le verdict de la cour.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook