« BLACK LIVES MATTER » DISCULPÉ PAR UN JUGE FÉDÉRAL

Jeudi le 28 septembre 2017, un juge fédéral a statué que le mouvement « Black Lives Matter » est une cause sociale contre laquelle l’on ne peut engager des poursuites judiciaires.

Cette décision a été prise après qu’un agent de police anonyme de la Louisiane ait tenté de poursuivre « Black Lives Matter » ainsi que DeRay Mckesson, l’une des plus influentes personnalités du mouvement, après avoir été blessé par une pierre qui a été lancée lors d’une manifestation à Baton Rouge suite aux bavures policières d’Alton Sterling.

Le juge de district des États-Unis, Brian Jackson, a rejeté l’action, dans une décision de 24 pages, dans lesquelles il compare le mouvement « Black Lives Matter » à d’autres mouvements sociaux comme le Tea Party et le Civil Rights Movement, affirmant que « bien que de nombreuses personnes morales aient utilisé la phrase « Black Lives Matter », (« La vie des Noirs compte ») comme raison sociale de leurs activités commerciales, « Black Lives Matter » ne constitue aucunement une entité ».

Jackson a également rejeté les tentatives du policier d’attaquer le hashtag, #BlackLivesMatter. « Pour des raisons qui devraient être évidentes, un hashtag – une expression servant à identifier la pensée d’une personne – n’est pas une «personne morale », donc exempte de poursuites judiciaires», a déclaré Jackson.

Mckesson, qui avait été arrêté avec 200 autres manifestants lors des protestations de Baton Rouge, a réagi à la décision du juge. « Il est clair que je n’ai rien fait de mal ce jour-là et que seule la police était violente dans les rues. Le mouvement a commencé par un appel pour mettre fin à la violence, et cet appel reste en vigueur jusqu’à ce jour. »

Rappelons que Alicia Garza, une activiste noire, est à l’origine de « Black Lives Matter ». Le 13 juillet 2013, l’activiste écrit un billet d’humeur suite à l’acquittement de George Zimmerman, soupçonné d’avoir tué Trayvon Martin, un afro-américain de 17 ans. A la fin de son billet, elle écrit : « Personnes noires. Je vous aime. Je nous aime. Nos vies comptent ». Une autre femme, Patrisse Cullors lui répond : « Black Lives Matter » (« La vie des Noirs compte »). Le mouvement est lancé avec l’aide d’Opal Tometi, leader d’un autre groupe de défense des droits des immigrants.

NegroNews

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook