BÉNIN: EXPERTE EN SOUDURE, ELLE RIVALISE AVEC LES HOMMES

 

Certains métiers sont dits « d’homme » Mais pour Edna Zimonse, il n’y a pas de métier réservé pour une catégorie de la société. C’est donc en brisant  ce mythe de la suprématie masculine que cette jeune béninoise de 22 ans à décidé de suivre  une formation en soudure et en est sortie experte. Son entreprise s’appelle CENUS et elle est d’une concurrence redoutable pour les hommes du domaine. C’est avec plaisir que l’amazone s’est confiée à nous et vous n’allez pas du tout  vous ennuyer à la lecture  de cet entretien.

C’est qui Edna ZIMONSE ?

Edna ZIMONSE est une experte en soudure, Directrice de l’entreprise CENUS BENIN.

Racontez-nous un peu votre parcours

Depuis toute petite j’ai toujours eu la passion pour la mécanique, je rêvais avoir un grand centre mécanique où de grandes machines seront fabriquées.  Ainsi, après mon Bac, j’ai été retenue boursière à l’EPAC (Ecole Polytechnique d’Abomey Calavi), où j’ai eu mon diplôme d’ingénieure de conception en Génie Mécanique et Énergétique. Il faut retenir que j’ai plus consacré mon parcours à la chasse de la pratique dans les ateliers et usines.

Oui la soudure  fait partie de ces métiers qualifiés souvent  de ceux d’homme.  Comment arrivez-vous à évoluer dans ce monde ’’masculin’’ ?

 Trois grandes qualités sont importantes quand on veut réussir dans un milieu masculin : Ne pas écouter ce que racontent les gens, bien faire son boulot  comme ces hommes…sinon plus et se faire respecter. J’ai donc imposé les deux premières et aujourd’hui je suis très respectée dans mon travail et suis surtout sollicitée, à la limite, plus que les hommes.

Présentez-nous CENUS

Mon entreprise se nomme CENUS (centre d’Usinage et de Soudure) créée officiellement en début de cette année 2018. Nous intervenons dans toute construction et réparation, nécessitant la soudure : Conception et réalisation des machines agricoles, mais aussi des accessoires de maisons comme portail, portes, grille de sécurité, Charpente métallique et autres.

Qu’est ce qui fait la valeur  de votre entreprise et la différencie des autres ?

D’abord, je suis une femme et l’expérience a prouvé que quand on nous confie quelque chose à nous les femmes, on y prend bien soin. En plus donc de cette qualité, je suis très loyale, honnête et maitrise mon métier, ce qui fait que je n’ai même pas besoin de publicité avant d’avoir toute la clientèle que j’ai aujourd’hui, alors que le centre vient à peine de voir le jour. Ici à CENUS, nous expliquons aux clients les différentes matières premières qui seront utilisés et les coûts respectifs. Tous nos produits sont de bonne qualité et nous respectons surtout les délais de livraison. Ce qui n’est souvent pas le cas chez les autres.

A quelle type de clientèle vous adressez-vous donc ?

 Aux personnes ayant des projets dans le domaine de la soudure et qui ont les moyens pour les financer (rire)

Que gagnent le Bénin et à  l’Afrique dans votre projet ?

 La chance pour mon pays est d’être doté d’un grand centre de soudure et de fabrication de machines agricoles. Ce qui profitera aux jeunes entrepreneurs de ce secteur, d’avoir ces outils à moindre coût, au lieu de les importer chèrement de l’extérieur et créer une fuite de richesse pour le pays. Et ce qui profite au Bénin, profite forcément à l’Afrique.

Des projets à venir ?

Installer un marché des artisants au Bénin est un gros projet  qui me tient beaucoup à cœur. Et si ça prend, on mettra le cap sur les autres pays africains.

Quel est votre vision pour l’Afrique de demain ?

 Une industrie tournante et non un magasin de matières premières.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes filles qui peut-être hésitent à faire la soudure comme Formation et à la jeunesse  africaine ?

Tout est dans le mental. La mécanique n’est pas d’abord une question de force et de muscles, mais plutôt de volonté. L’homme et la femme n’ont certainement pas les mêmes gabarits mais si le physique appartient  à l’homme,  le mental  quant à lui, est quelque chose qui fait des femmes des êtres forts aussi. Donc, que mes sœurs ne réfléchissent plus, si c’est vraiment la soudure qui les passionne. Aux jeunes africains je dis ceci: n’attendez pas quelqu’un, mettez vous dans la tête que si l’Afrique doit changer, ça doit passer par notre propre changement.

Téléphone :+229 66 33 56 22

e-mail :cenuscontact@gmail.com

Facebook :https://web.facebook.com/cenusbenin

 

VINCINQ ZEROWIT

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook