LE BÉNIN DIT NON À LA FRANCE ET BOLLORÉ

Après avoir imaginé et conçu un projet visant à doter le Bénin et le Niger d’une ligne de chemin de fer, le groupe Pétrolin est devenu adjudicataire du projet de chemin de fer dénommé épine dorsale. Quelques mois plus tard, les présidents du Niger et du Bénin de l’époque ont supplié à Samuel Dossou, PDG du groupe Pétrolin, adjudicataire du projet d’accepter le groupe Bolloré de français Vincent Bolloré comme partenaire stratégiquepour la réalisation du projet. Ce que fit Samuel Dossou tout en faisant signé une clause de confidentialité à Vincent Bolloré.

Plus tard l’accord de confidentialité a été violé par Bolloré qui s’est accaparé du projet ce qui a donné suite à un long processus judiciaire au cours duquel le groupe Pétrolin du béninois Samuel Dossou a eu gain de cause pour la réalisation du dit projet.

Mais toujours est-il que le projet peine à évoluer convenablement ce qui a poussé le président Patrice Talon avoir la possibilité de faire intervenir une entreprise mieux outillée pour faire avancer les choses. De sources proches du dossier, le retrait de Pétrolin ne se fera qu’après une véritable négociation et le choix de Patrice Talon serait portée sur la Chine, car selon lui, ‘’ un investisseur privé ne peut pas financer le chemin dont le bénin a besoin’’, qui aussi aurait toute la capacité pouvant conduire le projet. Ce qui, écarte définitivement le groupe français qui continuait d’avoir de petits espoirs pour participer à la réalisation de ce projet.

Le groupe Pétrolin du béninois Samuel Dossou est et demeure l’unique adjudicataire du projet ce qui peut donner naissance à une collaboration entre ce dernier et la chine pour la réalisation de ce chemin de fer devant relier Dosso, Niamey et Cotonou.

Dah Minwicodji

Commentaires

commentaires

Précédent «
Suivant »

Suivez-nous sur Facebook

DailyMotion random video